Medyada ölümü temsili 1 - doğal afetler, açlık, savaşlar ve mafya işi, ünlülerin ölümleri, toplu intihar, ötenazi tartışması - rituël aralıklı çalışma gibi, maddi olmayan

Show me the manner in which a nation cares for its dead and I will measure with mathematical exactness the tender mercies of its people, their respect for the laws of the land, and their loyalty to high ideals.” Gladstone
Day after day, the dead and death occupy a large part of international news, with the evocation of the tragedies that strike entire populations (natural disasters, famines, genocides, wars, and the work of mafiosi and armed gangs laying waste to entire territories), in the national news, with the deaths of celebrities from the world of the arts, and more particularly of politics. The “society” page (or even the “other news” page: inclusion in one section of the newspaper rather than another is in itself full of meaning) reports on emblematic deaths: suicides demonstrating the malaise of a given category of the population (employees at Renault’s site at Guyancourt or at France Telecom, and policemen and prisoners in France, etc); cases linked to the evolution of technology or mentalities, such as the debate on euthanasia, with a number of heavily mediatised cases. Even the sports columns cannot escape the occasional mention of deaths, either accidental or as the result of doping. Nevertheless, despite the omnipresence of death in the press and on television, it is not a subject frequently broached by media analysts, as if the taboo surrounding death reached as far as research circles. It is this gap that this article aims to fill by taking a multidisciplinary look at contemporary re-presentations of death in the information media; the presentations will use articles on information and communication sciences, history, language sciences, and sociology. After a development of the pertinence of the notion of re-presentation, we shall return to the paradox of death being both omnipresent in and absent from the media, a fact already emphasised a number of decades ago, before going on to mention certain philosophical, psychoanalytical, historical and anthropological explanations of the phenomenon. We shall then look at certain types of discourse on death in the media, before highlighting a number of areas in connection with the discursive and semiotic aspects, and presenting the contributions to this presentation, focused on the announcement of death.
The notion of re-presentation is often criticised in information and communication sciences because of the little heuristic interest there is in seeking a reflection of events in discourse. Such criticism, although justified, by no means exhausts the debate. The link with which we refer to re-presentation stresses the fact that this notion should be envisaged as an active process, since initiating discourse is part of the construction of an event, rather than something passive – since representation is not simply considered as a more or less faithful image of the event. This concept of re-presentation stresses the idea that language is not the reflection of a pre-extant reality on which it has no effect. Physical phenomena exist outside language, but in the order of social realities, events do not occur regardless of the players and hence of language. As witness to this, linguistics (and discursive analysis in particular) should not seek to find in discourse the confirmation of realities or pre-existing knowledge. Indeed such a concept does not concern linguistics alone: every science which uses written or oral documents must reach beyond the avatars of reflection; the naïve idea that language is transparent with regard to its object and with regard to the intentions of the players who act in full knowledge of what they are or think (they are). Although the role of language in social relations, as in the construction of objects (whether discursive or scientific) is a widespread idea, it is often at the price of an underestimation of the specificities of language, as witnessed by the observations of Bernard Lahire (1996: 124):
A type of sociology which is equally interested in the processes of the construction of structural states as in systems, which is equally concerned by knowledge of the modes of incorporating the social aspect as by the social arrangements that already exist […] is a type of sociology which is necessarily sensitive to the language practices that form the fabric of the forms of social relations. Thought and mental and cognitive structures do not reach the brain by magic. Encouraged by the acquisitions of Vygotskian psychology, we may therefore underline the importance of the input of language practices through which relations with the world and with other people take shape; these can never be dissociated from the balance of power and relations with the powers that be.”

Language constructs thoughts in the form of discourse, “presenting” them through initial formulations and “re-presenting” them through processes of resumption, reformulation, paraphrasing and adjustments of meaning that make it possible to envisage various facets of the discursive objects, from various points of view, seeking but without ever achieving a reduction in the non-coincidences. And there is more: the non-coincidences do not concern language alone; they are also to be found in politics, and in community living. Representations, which we know do not always agree, raise the question of seeking the best ways to manage conflicts and devising a modus vivendi. The socio-political dimension of representation is marked by the lexical aspect of the word “representative” (sales representatives present and sell the products manufactured by the company that employs them, and elected representatives represent their voters in the national representative body, for example). In the complex world in which we live, it is important to find the best ways of making all the variable social networks discuss matters and not reserve debate for the initiated alone (political or economic leaders, or scientists), or even for experts alone (which all too often serve only to legitimate decisions, on the pretext of necessity) by giving the greatest possible number of representatives and spokespersons the possibility of discussion.  From this point of view, in linguistic terms and, more broadly, in semiotic terms, re-presentation, as a new construction, sets a scene that plays on the effects of what is real, for specific argumentative purposes, such that re-presentation is the trace of the enunciator’s points of view, even if it takes on the appearance of a re-presentation that objectivises things. And this construction deserves analysis, including when there is an attempt to make the representations as accurate as possible. Moreover, the repetition of the re-presentation, in an identical form or with a few variations, signals that the re-presentation is more than a way of making sense of something that has been experienced; it is in fact its re-experiencing. This dimension is fundamentally related to the ritual function of the evocation of death and the dead person, to facilitate the process of grieving.

« Montrez-moi la façon dont une Société s’occupe de ses morts, et je vous dirai
avec une raisonnable exactitude les sentiments délicats de son peuple
et sa fidélité envers un idéal élevé ». Gladstone
Au fil des jours, les morts, la mort, figurent en bonne place dans les « pages internationales », à travers l’évocation des drames qui frappent des populations entières (catastrophes naturelles, famines, génocides, guerre, exactions des maffias ou des bandes armées mettant en coupe réglée des territoires entiers), dans les « pages nationales », à l’occasion du décès de personnalités de premier plan dans le monde des arts, de la politique notamment. La rubrique « société » (voire celle des « faits divers », sachant qu’en soi, l’appartenance à telle ou telle rubrique est riche de sens) fait écho à des décès emblématiques : suicides révélateurs des malaises d’une catégorie de la population (salariés de Renault, à Guyancourt, de France Télécom, policiers, détenus des prisons françaises) ; affaires liées à l’évolution des techniques ou des mentalités, à l’instar des débats sur l’euthanasie, avec des cas fortement médiatisés. Même la rubrique sportive n’échappe pas à la mention sporadique de décès accidentels ou consécutifs à du dopage. Toutefois, malgré l’omniprésence de la mort dans les colonnes de la presse ou sur les écrans de télévision, le sujet reste très peu abordé par les analystes des médias, comme si le « tabou » qui entoure la mort se propageait jusqu’au domaine de la recherche. C’est cette lacune que cet article vise à combler, en portant un regard pluridisciplinaire sur les re-présentations contemporaines de la mort dans les médias d’information, les dossiers rassemblant des articles de sciences de l’information et de la communication, d’histoire, de sciences du langage, de sociologie. Après une mise au point sur la pertinence de la notion de re-présentation, on reviendra sur le paradoxe d’une mort à la fois omniprésente et absente dans les médias, souligné il y a quelques décennies déjà, avant d’évoquer certaines explications philosophiques, psychanalytiques, historiques et anthropologiques du phénomène. On s’intéressera ensuite à certains genres de discours sur la mort dans les médias avant de dégager quelques enjeux en lien avec les plans discursifs et sémiotiques et de présenter les contributions de ce dossier, centré autour de l’annonce de la mort. La notion de représentation est souvent critiquée en sciences de l’information et de la communication, en raison du peu d’intérêt heuristique qu’il y a à trouver dans les discours le reflet des événements (Krieg-Planque, 2006). Mais cette critique, bien que justifiée, n’épuise pas le débat. Le trait d’union avec lequel nous évoquons la re-présentation met l’accent sur le fait que cette notion est à envisager comme un procédé actif, puisque la mise en discours participe à la construction de l’événement, et non pas passif – car la représentation n’est pas simplement considérée comme une image plus ou moins fidèle de l’événement. Cette conception de la re-présentation insiste sur l’idée que la langue n’est pas le reflet d’un réel préexistant sur lequel elle n’aurait aucune prise. Il est certain que des phénomènes physiques existent en dehors du langage, mais dans l’ordre des réalités sociales, les choses ne se produisent pas indépendamment des acteurs et donc du langage. En foi de quoi la linguistique (et l’analyse de discours, en particulier) ne doit pas chercher à retrouver dans les discours la confirmation de réalités ou de savoirs préexistants. En fait, une telle conception ne concerne pas que la linguistique : toutes les sciences qui utilisent des documents écrits ou oraux doivent dépasser les avatars du reflet ainsi que l’idée naïve selon laquelle la langue serait transparente à son objet comme aux intentions des acteurs qui agiraient dans la pleine conscience de ce qu’ils sont ou pensent (être). Or, si le rôle du langage dans les relations sociales comme dans la construction des objets (discursifs ou scientifiques) est une idée répandue, c’est souvent au prix d’une sous-estimation des spécificités langagières, comme en témoignent les propos de Bernard Lahire (1996 : 124) :
« Une sociologie qui s’intéresse autant aux processus de construction des états structuraux ou aux systèmes, qui est autant préoccupée par la connaissance des modalités de l’incorporation du social que par les dispositions sociales déjà formées […] est une sociologie nécessairement sensible aux pratiques langagières qui trament les formes de relations sociales. La pensée, les structures mentales ou cognitives ne s’inscrivent pas comme par miracle dans les cerveaux. Encouragé par les acquis de la psychologie vygotskienne, on peut donc souligner l’importance de la saisie des pratiques langagières à travers lesquelles prennent forme les rapports au monde et à autrui, eux-mêmes jamais dissociables des rapports de pouvoir et des rapports aux pouvoirs ».
La langue construit les pensées en discours, elle les « présente » à travers de premières formulations et les « re-présente » à travers des processus de reprises, de reformulations, de paraphrases et d’ajustements du sens qui permettent d’envisager diverses facettes des objets discursifs, selon divers points de vue, cherchant à réduire les non-coïncidences sans jamais y parvenir. Mais il y a plus : les non-coïncidences ne sont pas seulement d’ordre langagier, elles relèvent encore de l’ordre politique, du vivre ensemble : les représentations, dont on sait qu’elles ne s’accordent pas toujours, posent la question de la recherche des meilleurs moyens de gérer les conflits, d’élaborer des modus vivendi. La dimension sociopolitique de la représentation est marquée par le lexique : « représentatif », « représentant » (le vendeur qui présente et vend les produits fabriqués par l’entreprise dont il est le vendeur patenté ou l’élu qui représente ses mandants devant la « représentation nationale », par exemple). Dans le monde complexe qui est le nôtre, il est important de trouver les meilleurs moyens de faire discuter ensemble des réseaux variables de sociabilités et de ne pas réserver les débats aux seuls initiés (responsables politiques ou économiques, savants), ni même aux experts (qui ne servent bien souvent qu’à légitimer les décisions sous le prétexte de la nécessité) en donnant au plus grand nombre possible de représentants, de porte-parole, la possibilité d’échanger. Dans cette optique, au plan linguistique et, plus largement, sémiotique, la re-présentation, en tant que construction nouvelle, est une mise en scène jouant sur des effets de réel, à des fins argumentatives particulières, en sorte que la re-présentation est la trace de points de vue de l’énonciateur, quand bien même prend-elle l’apparence d’une re-présentation objectivante des choses. Et cette construction mérite d’être analysée, y compris lorsque les représentations tentent d’être le plus exactes possibles. De plus, la répétition de la re-présentation, sous une forme identique ou avec quelques variations, signale que la re-présentation est plus qu’une façon de donner du sens au vécu, elle en est une réexpérienciation. Or, cette dimension a fondamentalement à voir avec la fonction rituelle de l’évocation de la mort et du mort, pour faciliter le travail du deuil, comme on le verra plus loin. Alain Rabatel et Marie-Laure Florea

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire