12/13/2011


Americans: Undecided About God? By ERIC WEINER - December 10, 2011 New York Times

THE holidays are upon us again and so it’s time to stick a thermometer deep in our souls and take our spiritual temperature (between trips to the mall, of course). For some of us, the season affords an opportunity to reconnect with our religious heritage. For others, myself included, it’s a time to shake our heads over the sad state of our national conversation about God, and wish there were another way. For a nation of talkers and self-confessors, we are terrible when it comes to talking about God. The discourse has been co-opted by the True Believers, on one hand, and Angry Atheists on the other. What about the rest of us?
]…]Apparently, a growing number of Americans are running from organized religion, but by no means running from God. On average 93 percent of those surveyed say they believe in God or a higher power; this holds true for most Nones — just 7 percent of whom describe themselves as atheists, according to a survey by Trinity College. Nones are the undecided of the religious world. We drift spiritually and dabble in everything from Sufism to Kabbalah to, yes, Catholicism and Judaism.

Why the rise of the Nones? David Campbell and Robert Putnam, of the University of Notre Dame and the Harvard Kennedy School, respectively, think politics is to blame. Their idea is that we’ve mixed politics and religion so completely that many simply opt out of both; apparently they are reluctant to claim a religious affiliation because they don’t want the political one that comes along with it. We are more religiously polarized than ever. In my secular, urban and urbane world, God is rarely spoken of, except in mocking, derisive tones. It is acceptable to cite the latest academic study on, say, happiness or, even better, whip out a brain scan, but God ? He is for suckers, and Republicans.
We Nones may not believe in God, but we hope to one day.
]…]Religion and politics, though often spoken about in the same breath, are, of course, fundamentally different. Politics is, by definition, a public activity. Though religion contains large public components, it is at core a personal affair. It is the relationship we have with ourselves or, as the British philosopher  said, “What the individual does with his solitariness.” There lies the problem: how to talk about the private nature of religion publicly. What is the solution? The answer, I think, lies in the sort of entrepreneurial spirit that has long defined America, including religious America.
We need a Steve Jobs of religion. Someone (or ones) who can invent not a new religion but, rather, a new way of being religious. Like Mr. Jobs’s creations, this new way would be straightforward and unencumbered and absolutely intuitive. Most important, it would be highly interactive. I imagine a religious space that celebrates doubt, encourages experimentation and allows one to utter the word God without embarrassment. A religious operating system for the Nones among us. And for all of us.
Eric Weiner is the author, most recently, of “Man Seeks God: My Flirtations with the Divine.”


Les américains perplexes au sujet de Dieu ? ERIC WEINER – 10 Decembre 2011 - New York Times

C’est à nouveau les vacances, et il est temps d’expertiser nos valeurs morales et spirituelles (dans l’intervalle laissé par les nombreuses courses au centre commercial). Pour certains, la saison offre l’opportunité de rétablir un lien avec notre héritage religieux. Pour d’autres, dont je fais partie, c’est l’occasion de méditer sur l’état déplorable du débat national sur la religion en espérant qu’on pourrait faire autrement. Pour une nation d’orateurs et de confesseurs, nous sommes de médiocres prédicateurs pour parler de Dieu. Le débat est dirigé par, d’une part les True Believers, de l’autre par les Angry Atheists (Athées en Colère). Que font les autres ?

]…] Il semblerait que de nombreux américains se détournent de plus en plus de toute forme de religion organisée, sans à aucun moment éluder Dieu.  93% des personnes sondées répondent croire en Dieu ou en un pouvoir supérieur et cette constatation demeure pour les ‘Sans’(religion), dont seulement 7% se disent athées, selon l’enquête du Trinity College. Les ‘Sans’ sont ceux qui n’on aucune certitude religieuse. Nous naviguons spirituellement entre le Sufisme et la Kabbale et, oui oui, le Catholicisme et le Judaïsme.

Pour quelle raison cet accroissement des ‘Sans’ ? David Campbell et Robert Putnam, de l’University of Notre Dame et de l’ Harvard Kennedy School, pensent que les politiques y contribuent. Leur idée se fonde sur le fait que nous avons tellement inscrit les deux concepts, politique et religion, sur le même registre, que beaucoup d’entre nous ont fui les deux ; vraisemblablement pour éviter de revendiquer une appartenance religieuse dont nous n’acceptons pas les idées politiques qui vont de pair. Et nos pensées sont plus religieuses que jamais. Dans mon entourage séculaire, urbain et à l’esprit ouvert, on ne parle pas souvent de Dieu, sauf sur un ton de dérision moqueuse et cynique. On peut citer une des dernières recherches effectuées sur le bonheur,  ou mieux se précipiter pour subir un scanner du cerveau, mais Dieu ? C’est pour les dupes et les Républicains.


Nous, les ‘Sans’, nous ne croyons peut-être pas en Dieu mais nous espérons le faire un jour.

]…]La religion et les politiques, bien que souvent évoquées de pair, sont, bien sûr, fondamentalement différentes. Les politiques sont, par définition, des activités publiques. Bien que la religion se compose d’actes publiques, sa pratique est beaucoup plus intime. Elle fait appel à une relation établie avec nous-même, et comme le dit le philosophe britannique Alfred North Whitehead : « c’est l’expression de l’individu avec sa solitude ». Le problème se situe dans la manière de parler d’une chose aussi intime que la religion en publique. Où est la solution ? La réponse se trouve sans doute dans l’esprit d’entreprise typiquement américain, dont l’Amérique croyante et pratiquante.

Nous avons besoin d’un Steve Jobs de la religion. Quelqu’un ou quelques uns qui, inventerait au-delà d’une religion, une nouvelle attitude religieuse. Tout comme les créations de Mr.Jobs , cette nouvelle attitude serait directe, sans entrave et parfaitement intuitive. Plus important encore, elle serait interactive. J’imagine un espace religieux qui ferait la part belle au doute, encouragerait l’expérimentation et permettrait l’utilisation du nom Dieu sans en être gêné. Un système religieux pour les ‘Sans’ d’entre nous et pour nous tous.

Eric Weiner est l’auteur du récent ouvrage : Man Seeks God: My Flirtations with the Divine.”

12/07/2011


The Only Way to See a Film – Ridley Scott – 6 december 2011

Technology continues to bring us wondrous advances in filmmaking to improve how we view movies.
While it's exciting to consider the possibilities stemming from this era of innovation -- which directors and futurists for decades have envisioned -- that allows us to watch a movie "anywhere, anytime," the more preoccupied we become with the technologies of how movies can reach us, the less we seem to ask the most important question: How do we really want to experience a film?
In my view, the only way to see a film remains the way the filmmaker intended: inside a large movie theater with great sound and pristine picture. Music and dialogue that doesn't fully reproduce the soundtrack of the original loses an essential element for its appreciation. Simply put, the film loses its power.
Short of that, the technically sophisticated Blu-ray disc, of which I've been a supporter since its inception, is the closest we've come to replicating the best theatrical viewing experience I've ever seen. It allows us to present in a person's living room films in their original form with proper colors, aspect ratio, sound quality, and, perhaps most importantly, startling clarity. 

 Granted, the older DVD technology is phasing out. But it is yielding to the Blu-ray just as videocassettes once gave way to the technically superior DVD. This is evolution. Far from being dead, physical media has years of life left and must be preserved because there is no better alternative. ]…]
We've come a long way from those flickering, silent screens which were accompanied only by a person playing a piano. What has remained constant is that people then and now have always sought out the magic one feels after watching a truly memorable film. For movie lovers it doesn't matter whether that magic comes at a theater or through a disc, an electronic stream, a satellite or a wireless device it is delivered through the best possible experience.
Ridley Scott is a three-time Oscar nominated filmmaker, producer and director. His next film project, Prometheus, is scheduled to be released next year by 20th Century Fox.

Comment bien voir un film – Riddley Scott – 6 décembre 2011.
Grâce à des avancées extraordinaires, la technologie poursuit sa course pour améliorer notre perception au cours d’un film. 
Avec toutes les alternatives inhérentes à cette ère d’innovation – que les réalisateurs et futuristes attendaient depuis une dizaine d’années – nous avons la possibilité de voir un film n’importe où et n’importe quand, pourtant, nous sommes de plus en plus préoccupés par la manière dont les technologies influencent notre perception et nous semblons ignorer cette question essentielle : que souhaitons réellement vivre tout au long du film ?
Selon moi, la seule manière de regarder un film reste celle qui suit les désirs du réalisateur : dans un grand cinéma avec un son remarquable et une parfaite qualité d’image. Quand la musique et les dialogues ne reproduisent pas l’idée initiale, le film perd l’élément essentiel pour une perception sensible. En d’autres termes le film perd sa force d’attraction.
Le disc-Blu-ray et sa technologie, dont j’ai été le défenseur depuis sa création, se rapproche le plus d’une représentation comparable à une expérience saisissante sur grand écran. Cela nous permet de présenter des films dans le salon de tout un chacun avec des couleurs correspondantes, le respect du format d’écran, la qualité du son et le plus important, une clarté étincelante des images.
Vraiment, l’ancienne technologie du DVD tend à disparaître au profit du Blu-ray tout comme les cassettes vidéo avaient alors laissé la place au DVD techniquement supérieur. Ca fait partie de l’évolution. Loin d’être oublié, il reste des années de vie aux médias physiques que l’on doit préserver puisqu’il n’y a, pour l’instant, aucune alternative.]…]
Nous avons fait beaucoup de progrès depuis la lumière vacillante des écrans silencieux du cinéma muet accompagnée d’un pianiste.  Ce qui cependant perdure est le désir que les gens, de cette époque et de la notre, ont de rechercher la magie que l’on ressent après avoir vu un film mémorable. Pour les amoureux du cinéma, la magie s’exerce dans un cinéma, grâce à un disc, par satellite ou wi-fi, tant que le film offre la meilleure expérience d’une histoire.


12/06/2011


First Supernova Companion Star found
Thu, 01 Dec 2011 23:00:00 -0600
An international team of astronomers has, for the first time, observed a stellar "survivor" to emerge from a double star system involving an exploded supernova. Supernovae are some of the most significant sources of chemical elements in the universe, and they are at the heart of our understanding of the evolution of galaxies. In this view the red super-giant supernova progenitor star (left) is exploding after having transferred about 10 solar masses of hydrogen gas to the blue companion star (right). Image Credit: NASA

Découverte inédite de la compagne d’une supernova

Jeudi 1er décembre 2011

Une équipe internationale d’astronomes a découvert pour la première fois un ‘survivant’ sidéral qui émerge d’un système de deux étoiles englobé dans l’explosion d’une supernova. Les supernovae sont les principales sources des éléments chimiques de l’univers, et au cœur de notre compréhension de l’évolution des galaxies. Sur cette image la supernova géante rouge, étoile génitrice (à gauche) explose après avoir conçu d’ énormes quantités d’hydrogène solaire pour l’étoile bleue, sa compagne (à droite). Image Credit : NASA