Kamusal söylemin bir etiğe yönelik - 'oyunculuk ya da düşünme karşı' korkusu ; doxa (politik düşüncesinde), devlet sorumluluğu - objektiflik görevi

Towards an ethics of public discourse - In the continuity of the cumulative logic that should be at the heart of linguistics, it seems to us that previous work challenging the uniqueness of the speaker and dealing with enunciative effacement, to which we have contributed, would today require further research on the issues of ethics, responsibility and accountability, and hierarchical organisation. At least two sets of reasons can be invoked here. On the one hand, internal developments in the field of linguistics, which, without rejecting the achievements of structuralism, integrate into the analysis of language interactional and ethical concerns that, far from being confined to literary texts, are fundamental to the study of communicative action. On the other hand, developments external to the field of linguistics, but which nevertheless interact with it. The proliferation of discourse is a given: media specialists measure it every day, and with it, the difficulty of managing multiple sources, to the point that everything seems to be of equal merit. But while it is unrealistic to return to the time of licensed distributors of official discourse or authorised knowledge, it nevertheless seems vital to question by what principles of regulation and hierarchy different knowledge can be built together, reasoning developed, and values ​​defined through confrontation within a place that allows for making society. In this sense, what follows would aim to contribute to an ethics of public discourse, these ‘emerging issues’ that we believe it is urgent to expand.
For all of the authors, however, whether sociologists or discourse and utterance analysts, the priority is the need to contribute, on the one hand, to the conceptualisation of collective responsibility and, on the other hand, to the anchoring of this conceptualisation within the textual framework of French and foreign press articles. Roselyne Koren explores media or mediatised metadiscourse, as seen through the prism of the definitions of the concept given by Hannah Arendt and Max Weber. Current manifestations of the concept confirm in a very striking way the conceptualisation proposed by these two thinkers. The emergence of a sense of responsibility stems from a crisis situation. Politicians, citizens and civil societies are confronted with very real dilemmas in the face of which they must adopt an attitude of ‘realism’. The option of doing nothing is obviously open to them, but they prefer to decide and act, even against their own convictions if necessary. Collective responsibility implies that citizens seek to reconcile ethics of conviction and ethics of responsibility. The metadiscourse of the corpus examined combines individual moral responsibility and collective political responsibility, made ​​inevitable by globalisation. It dissociates guilt and responsibility, responsibility and powerlessness or the fear of acting and thinking against the injunctions of doxa, state responsibility and the responsibility of civil societies, the duty of objectivity on the part of the media and the duty to tell, understood as an exercise of a revisited critical function. Alain Rabatel anchors his discussion in the discursive and enunciative realities of a debate between Socialist party candidates in the 2007 French presidential pre-election campaign. The goal of his contribution is to move from a simple analysis of an example considered emblematic, to more general considerations. The article problematises the issue of the failure, due to renouncement, to give an argued form to conflicts in the public arena, when ideally the role of mediator should involve the presentation and problematisation of the views of different sections of society, before society as a whole. And yet, the choice of questions retained for the above-mentioned debate was neither explained nor justified. The same was true as regards the omission of key issues. The ethical ‘ritual’ implied in the duty of ‘objectivity’ thus fell well short of the expectations authorised by an ethical concept of information. Putting into words and conceptualisation are therefore explored through the prism of the political, social and ethical issues that underlie the linguistic construction of the verb ‘to answer’, i.e., ‘to answer for’, ‘to answer to’, etc. Jean-François Tétu calls for a redefinition of the journalistic identity within a context of crisis in journalism and representation. The study of public journalism in the United States allows him to problematise the issue of the transformation of journalistic responsibility, hitherto considered as individual, into collective responsibility. Moving from the right of information to the right to information plays a decisive role here. Public journalism abandons the exercise of a critical function and the analysis of conflictual situations. Rather, it prefers to listen to readers and gives priority to a unique form of thought, close to communitarianism. It therefore reinforces the myth of direct democracy, and obliges journalists to redefine the nature and legitimacy of their profession. And while public or civic journalism has never really reached the major newspapers or the major television networks, it has, according to Tétu, represented the starting point for two very recent and widespread phenomena: blogs, or citizens portals, and partnership agreements between large information institutions and civic portals. The conceptualisation of the social or collective responsibility of the media therefore invites the reader to reflect on the virtues and vices of another concept for which there is currently little consensus: the democracy of opinion. Ruth Amossy addresses the issue of the collective responsibility of the written press on the basis of a corpus made up of editorials published in the Israeli newspaper Ha-aretz during the 2006 Lebanon War. These editorials problematise the issue of the conclusions of the Winograd Commission, a commission of inquiry into the role of the government and the army during the war. The members of the Commission claimed that they did not want to decide or to vote for or against the resignation of the political and military officials involved. The question of the respective responsibilities of the press, political bodies and the Commission is examined via a concept of discourse analysis that incorporates an argumentative component. This allows us to begin to understand how a democratic media body works, within a context of crisis, to solve tension between conflicting ethical obligations: respecting the decisions of a democratically elected government, but also fulfilling the role of a critical counterbalance, specific to the political press, and positioning itself against another body, every bit as legitimate as the government (the Winograd Commission). Reported speech and syllogistic construction are scientific concepts that seem far removed from the passions underlying this controversy. Nevertheless, these concepts make it possible to describe, shed light on and problematise the discursive and argumentative practices of journalists who wish to assume personal responsibility within the scope of an ethics of democratic discourse, without exhausting the question of collective responsibility.

Pour une éthique des discours publics - Il semble que, dans la continuité de la logique cumulative qui doit être au cœur des sciences du langage, les travaux antérieurs sur la mise en cause de l’unicité du sujet parlant, sur l’effacement énonciatif, dans lesquels nous nous inscrivons, appellent, dans le moment historique que nous connaissons, des recherches complémentaires sur les questions d’éthique, de responsabilité, de hiérarchisation. Deux ensembles de raisons au moins concourent à ce développement : d’une part, des évolutions internes au champ des sciences du langage, qui, sans rejeter les acquis du structuralisme, intègrent dans l’analyse du langage des préoccupations interactionnelles, éthiques, qui, loin d’être cantonnées à des textes littéraires, sont fondamentales dans l’étude de l’agir communicationnel. D’autre part, des évolutions externes au champ des sciences du langage, mais qui ne sont pas sans interférences avec lui : la multiplication des discours est un fait acquis, les spécialistes des médias le mesurent tous les jours, et, avec elle, la difficulté de gérer la multiplication des sources, au point que tout semble se valoir Or s’il est illusoire de revenir au temps des distributeurs patentés de la parole officielle ou du savoir autorisé, il paraît vital de se demander par quels principes de régulation, de hiérarchisation, les savoirs peuvent se co-construire, les raisonnements s’élaborer les valeurs se définir en se confrontant dans un espace qui permette de faire société. En ce sens, ce qui suit voudrait apporter une contribution à une éthique du (des) discours public(s), « problématique en émergence » qu’il est selon nous urgent de faire grandir. Tous, sociologues ou analystes du discours et des mises en mots énonciatives, donnent la primauté à la nécessité de contribuer, d’une part, à la conceptualisation de la responsabilité collective et, d’autre part, à l’ancrage de cette conceptualisation dans la trame textuelle d’articles de la presse écrite française ou étrangère. Roselyne Koren explore le métadiscours médiatique ou médiatisé au prisme des définitions du concept proposées par Hannah Arendt et Max Weber Les avatars actuels de la notion confirment de façon saisissante la conceptualisation proposée par ces deux penseurs. L’émergence du sentiment de responsabilité a pour origine une situation de crise. Les hommes politiques, les citoyens et les sociétés civiles y sont confrontés à des dilemmes très concrets face auxquels ils doivent faire preuve de « réalisme ». Ils peuvent choisir l’option de l’inaction, mais ils préfèrent décider et agir, à rebours de leurs propres convictions, s’il le faut. La responsabilité collective implique que les citoyens cherchent à concilier éthique de conviction et éthique de responsabilité. Le métadiscours du corpus examiné associe responsabilité morale individuelle et responsabilité politique collective, rendue inéluctable par la mondialisation. Il dissocie culpabilité et responsabilité, responsabilité et impuissance ou peur d’agir et de penser à rebours des injonctions doxiques, responsabilité étatique et responsabilité des sociétés civiles, devoir d’objectivité médiatique et devoir de dire entendu comme exercice d’une fonction critique revisitée. Alain Rabatel ancre sa réflexion dans les réalités discursives et énonciatives d’un débat entre prétendants à la candidature socialiste lors de la pré-campagne des élections présidentielles françaises de 2007. Sa contribution a pour fin de passer de l’analyse d’un exemple jugé emblématique, à des considérations de portée générale. L’article problématise la question d’un manque dû au renoncement à donner une forme argumentée aux conflits, sur la scène publique alors qu’idéalement le rôle de médiateur devrait impliquer la présentation et la problématisation des points de vue des différentes fractions du corps social, devant le corps social tout entier Or, le choix des questions retenues dans le débat évoqué ci-dessus, n’est pas explicité ni justifié. L’omission de questions primordiales ne l’est pas davantage. « Le rituel » déontologique du devoir d’« objectivité » s’avère donc en deçà des attentes autorisées par une conception éthique de l’information. Mises en mots et conceptualisation sont donc explorées au prisme des enjeux politiques, sociaux et éthiques qui sous-tendent la construction linguistique du verbe répondre, soit « répondre de, devant, pour ». Jean-François Tétu invite à une redéfinition de l’identité journalistique dans un contexte de crise du journalisme et de la représentation. L’étude du cas du public journalism aux États-Unis lui permet de problématiser la question de la transformation d’une responsabilité journalistique, jusqu’alors considérée comme individuelle, en responsabilité collective. Le passage du droit de l’information au droit à l’information joue ici un rôle décisif : le public journalism renonce à l’exercice d’une fonction critique et à l’analyse de situations conflictuelles, il bascule vers l’écoute des lecteurs et donne la primauté à une forme de pensée unique, proche du communautarisme. Le mythe de la démocratie directe en sort renforcé et contraint les journalistes à redéfinir la nature et la légitimité de leur profession. Si le public journalismou civic journalism n’a jamais vraiment atteint les grands journaux ni les grands réseaux de télévision, il est, conclut Jean-François Tétu, le point de départ de deux phénomènes plus récents, et plus vastes, que sont les blogs ou les portails citoyens, et les accords de partenariat entre de grandes institutions d’informations et des portails civiques. La conceptualisation des notions de responsabilité sociale ou collective des médias invite donc ici le lecteur à une réflexion sur les vices et les vertus d’une autre notion qui ne fait pas consensus actuellement : celle de démocratie d’opinion. Ruth Amossy aborde la question de la responsabilité collective de la presse écrite à partir d’un corpus constitué par des éditoriaux parus dans le journal israélien Ha-aretz lors de la seconde guerre du Liban. Ceux-ci problématisent la question des conclusions de la commission Winograd, commission juridique chargée d’enquêter sur le fonctionnement du gouvernement et de l’armée pendant la guerre. Les membres de la commission ont en effet proclamé ne pas vouloir trancher ni se prononcer pour ou contre la démission des responsables politiques ou militaires. La question des responsabilités respectives de la presse, des instances politiques et de la commission est examinée au prisme d’une conception de l’analyse du discours qui intègre une composante argumentative. Ceci permet de percevoir comment une instance médiatique démocratique s’y prend pour résoudre, dans un contexte de crise, la tension entre des obligations éthiques contraires : respecter les décisions d’un gouvernement élu démocratiquement, mais aussi remplir la fonction de contre-pouvoir critique, spécifique de la presse politique et se positionner à rebours d’une autre instance non moins légitime que le gouvernement : la commission juridique Winograd. Discours rapporté et construction syllogistique, ces concepts scientifiques qui semblent si éloignés des passions qui animent cette controverse, permettent néanmoins de décrire, d’éclairer et de problématiser les pratiques discursives et argumentatives de journalistes qui souhaitent assumer leurs responsabilités sans sortir du cadre d’une éthique du discours démocratique, sans épuiser la question de la responsabilité collective. Alain Rabatel et Roselyne Koren

Alain Rabatel et Roselyne Koren, « Collective Responsibility in the Press »,Questions de communication [En ligne], 13 | 2008, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 05 octobre 2015. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8870

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire