Bilimler ve teknoloji, gelenekler ve kopmalar - kamu anlayışı - çağcıl anlayışı: interaktif, sanal ve yeniden yorumlanmış (bazen yanlış yorumlanmış)

Science and Technology, traditions and ruptures - If this special report had been drawn up in a different European national context, it would probably not have had the same title: “Public understanding of science” in Great Britain, “Culture of science and techniques” in Portugal or the French-speaking part of Belgium and in France, or Understanding of sciences and human and social sciences” in German-speaking and Scandinavian countries. These terms reflect the existence of local specificities, traditions and meanings which slide in under the unifying system of programmes covered by European discourse. Even the term “science” conveys a diversity of meanings. In France, Portugal, the French-speaking part of Belgium and Great Britain, it is usually given a rather narrow meaning: “sciences” usually refer to the natural sciences and mathematics. Sweden, the Flemish-speaking part of Belgium and Austria, to take just a few examples, give the words WissenschaftVetenskap andWetenschap a broader meaning, taking in the humanities and the social sciences. These different acceptations affect the content of the “culture” or “public understanding” of the sciences: does this involve, as in Sweden, carrying out activities to popularise the natural sciences and the human sciences or, on the contrary – as in France and Portugal –, giving more prominence to the natural sciences? And what of the extension of the labels regarding the communication of the sciences to include the terms “technology” or even “industry”, as is the case in France? A second dividing line – which cannot be overlaid on the first – draws a distinction between two traditions. The notion of the Public Understanding of Science (PUS) is standard in Great Britain, Austria, Sweden, etc. In the 2000s it was sometimes broadened to PUSH (Public Understanding of Science and Humanities), particularly in Germany. The notion of a culture of science and technology (CST) is the driving force for activities and considerations in French-speaking and Romance-language countries. These denominations bring different presuppositions into play. PUS places emphasis on members of the public and the level of their understanding and representations of science, which in an ideal world would be measurable. CST is more a matter of incorporating science into general public culture, supplying the necessary baggage of scientific knowledge to enable people to find their own way around present-day society. However, the dividing line between the two is never either clear or definitive: the concepts are reworked according to specific contexts, and indeed the national and regional terrains occupied by CST and PUS in the different European countries are far from being blank pages. Quite the contrary, in fact, as traditions in communication and ways of presenting science were well-established long before the introduction of PUS and CST. What is more, these “models” have to face up to local political methods: is there, for example, a culture of citizen participation or consultation, or not? The “models” exported will necessarily have to cope with these different contexts which, moreover, may give rise to forms of mediatisation that are sometimes completely new, such as the “consensus conferences” which came into being in Denmark in the 1980s quite separate from the classic “models” of communication and scientific mediatisation. What is more, these concepts and practices do not migrate without taking with them implicit meanings and conditions which are not always understandable and/or acceptable in the various national contexts. Importing the PUS debate into German-speaking countries, for example, gave rise to some substantial changes in meaning, as the “S” standing for science does not correspond to the scope of Wissenchaft. These fundamental local differentiations point to the difficulties faced by organised systems of programmes in Europe which attempt to unify communication on science and technology by laying down “good practices” or by attempting to measure their degree of “transferability”. They also draw attention to the fact that there are hardly any models specific to a single country or group of countries, but rather a number of creations, fragmented adaptations and imports, which are always recontextualised.

The 1970s and 1980s saw a revival of thinking about communication on science and technology in France and in Great Britain which went hand in hand with the need the governments and institutions felt to develop the technological sciences and find ways of encouraging the general public to accept and support them (Petitjean, 1998; Irwin, 1996). It was against this background that the PUS movement emerged in Great Britain, and CST in France. In Europe, organised systems of programmes were for a long time based on these practices, directives and ways of thinking which had initially been formalised and institutionalised in the two countries, although PUS was of greater importance. The initial “selection” by Europe of what has been called the PUS and CST “models” left its mark on guidance policies, contained implicit “values” and economic presuppositions, and produced a frequently linear conception of communication (Felt, 2003). We feel it is important to consider this early stage briefly. The initial stakeholders in PUS and CST came from among the scientific community, but the ambitions, methods, and interfaces between stakeholders and the developments in the two movements have been very different. CST came into being in France, pushed forward since the 1970s by militant scientists – mainly physicists – who wanted to democratise science and make it an integral part of culture. Jean-Marc Lévy-Leblond (1973), one of the key players in the movement, was behind a number of appeals in favour of incorporating science in general culture. Indeed this first developed in France’s “culture centres” (maisons de culture), particularly in Grenoble. In the 1980s, the ambitions of CST militants came up against the interests of the government which, under the direction of Jean-Pierre Chevènement, was explicit in considering that public support for technical and scientific developments would promote the nation’s economic development. The “research assizes” (Assises de la Recherche) organised in 1981-1982 by the newly-established Ministry of Research resulted in legislation passed in 1982 and 1984 which included the activity of vulgarisation in the missions of the researcher; in addition, specific networks and places have been devoted to CST (Caune, 2005; Fayard, 1994). In Great Britain in 1985, the Royal Society commissioned a report on the public’s understanding of the sciences, its level, and ways of improving it. Here again, this involved promoting the public’s acceptance and recognition of technical and scientific developments and shaping “science-minded citizens”. The Bodmer Report reached the conclusion that the members of the British public were suffering from a flagrant lack of knowledge, whereas science and technology were occupying an increasingly important part of both society and their everyday lives, advocating the development of PUS activities aimed at giving science and technology a positive image (Bodmer, 1985). Promoting such activities became one of the Royal Society’s priority missions; they were to involve both scientists and the media. Scientists fell in with the idea as it gave them a means of justifying their activity and its utility, a crucial point just at a time when research budgets were limited. The “PUS movement” arose out of this ambience of defending science and educating the citizen.

Sciences et techniques, traditions et ruptures - Si ce dossier avait été conçu dans un autre contexte national européen, il n’aurait sans doute pas porté le même titre : « Compréhension publique de la science » en Grande-Bretagne ; « Culture de la science et des techniques » au Portugal ou en Belgique francophone et en France ; ou encore, « Compréhension des sciences et des sciences humaines et sociales » dans les pays germaniques ou scandinaves. Ces appellations reflètent l’existence de spécificités locales, de traditions, de significations qui se glissent sous la programmatique unifiante des discours européens. Le terme « science » convoie en lui-même une pluralité de significations. La France, le Portugal, la Belgique francophone ou la Grande-Bretagne notamment lui attribuent un sens plutôt étroit : les « sciences » réfèrent le plus souvent aux sciences de la nature et aux mathématiques. La Suède, la Belgique flamande ou l'Autriche, pour ne prendre que quelques exemples, accordent pourtant aux mots « Wissenschaft », « Vetenskap » ou « Wetenschap » une signification plus large incluant les humanités et les sciences sociales. Ces acceptions différentes affectent le contenu de la « culture » ou de la « compréhension publique » des sciences : s'agit-il, comme en Suède, de mener des actions de popularisation des sciences de la nature et des sciences humaines ou de privilégier, au contraire – comme en France ou au Portugal –, les sciences de la nature? Et que dire de l’extension des labels relatifs à la communication des sciences aux termes « technologie » ou même « industrie », comme c’est le cas en France? Une seconde ligne de partage – qui n'est pas superposable à la première – distingue deux traditions. La notion de Public Understanding of Science (pus) est de mise en Grande-Bretagne, en Autriche, en Suède... Dans les années 2000, elle s’est parfois élargie, devenant push (Public Understanding of Science and Humanities) notamment en Allemagne. L’idée de culture scientifique et technique (cst) anime les actions et réflexions dans les pays francophones et latins. Différents présupposés sont mobilisés par ces dénominations. pus insiste sur les « publics », le degré de leur compréhension et leurs représentations de la science, qui seraient, dans l'idéal, mesurables. En ce qui concerne la cst, il s'agirait plutôt d'intégrer les sciences à la culture générale des publics, de fournir un bagage nécessaire de connaissances scientifiques permettant de se repérer dans la société actuelle. Cependant, cette ligne de partage n’est jamais nette ni définitive : les concepts sont remaniés suivant des contextes concrets. En effet, les terrains nationaux ou régionaux sur lesquels s’inscrivent la cst et le pus dans les différents pays européens sont loin d’être des pages blanches. Bien au contraire, des traditions de communication, des modes de présentations de la science préexistent de longue date à l’introduction du pus ou de la cst. De plus, ces « modèles » sont confrontés à des modalités politiques locales : existe-t-il ou non une culture de participation ou de consultation citoyennes, par exemple? Les « modèles » exportés seront nécessairement confrontés à ces contextes qui, par ailleurs, peuvent donner naissance à des formes de médiation parfois inédites, comme les Conférences de Consensus, nées au Danemark dans les années 80 en dehors du moule des « modèles » classiques de communication ou de médiation scientifique. De plus, la migration de ces concepts et pratiques ne se fait pas sans emporter avec elle des significations et des conditions implicites qui ne sont pas toujours compréhensibles et/ou acceptables dans les différents contextes nationaux. Ainsi l’importation du débat pus dans les pays germaniques a-t-elle donné lieu à des réaménagements de sens importants. En effet, le « s » de science ne correspond pas à l’étendue de la « Wissenchaft ». Ces différenciations locales fondamentales laissent deviner les difficultés auxquelles sont confrontées les programmatiques européennes qui tentent d’unifier la communication scientifique et technique, par le biais de l’édiction de « bonnes pratiques » ou en tentant de mesurer leur degré de « transférabilité ». Elles attirent également l’attention sur le fait qu’il n’y a guère de modèles qui seraient spécifiques à un pays ou à un ensemble de pays, mais plutôt des créations, des adaptations et des importations fragmentées et toujours recontextualisées.

Les années 70 et 80 ont été le théâtre d’un renouvellement de la réflexion autour de la communication scientifique et technique en France et en Grande-Bretagne. Il accompagne la nécessité pour les gouvernements ou les institutions de développer les techno-sciences et de trouver des moyens pour qu’elles soient acceptées et soutenues par un large public (Petitjean, 1998 ; Irwin, 1996). C’est dans ce contexte qu’ont émergé les mouvements en Grande-Bretagne et la cst en France. Les programmatiques européennes se sont longtemps nourries de ces pratiques, directives et réflexions préalablement formalisées et institutionnalisées dans ces deux pays, même si le pus a constitué la référence majeure. La « sélection » initiale par l’Europe de ce qui a été appelé les « modèles » pus et cst marque les politiques d’orientation, renferme des « valeurs » implicites, des présupposés économiques et une conception souvent linéaire de la communication (Felt, 2003). Un rapide retour sur ces prémices nous semble important. Les acteurs initiaux de la cst sont issus de la communauté scientifique. En revanche, les ambitions, les méthodes, les articulations d’acteurs et les développements de ces deux mouvements sont très différents. La cst est née en France, impulsée dès les années 70 par des scientifiques militants – physiciens pour la plupart – désireux de démocratiser la science et d’en faire une partie intégrante de la culture. Jean-Marc Levy-Leblond (1973), un des acteurs clés de ce mouvement, est à l’origine de plusieurs plaidoyers en faveur de la mise en culture de la science. C’est dans les Maisons de la culture, notamment à Grenoble, qu’elle a d’ailleurs connu ses premiers développements. Dans les années 80, les ambitions des militants de la cst rencontrent les intérêts du gouvernement qui, sous l’impulsion de Jean-Pierre Chevènement, considère explicitement que le soutien des publics face aux développements techno-scientifiques favorisera le développement économique de la nation. Les Assises de la recherche de 1981-1982, organisées par le tout nouveau ministère de la Recherche, débouchent sur les lois de 1982 et 1984 qui inscrivent l’activité de vulgarisation dans les missions du chercheur ; de plus, des réseaux et lieux particuliers ont été consacrés à la cst (Caune, 2005 ; Fayard, 1994). En Grande-Bretagne, la Royal Society commandite en 1985 un rapport sur la compréhension publique des sciences, son niveau et sur les moyens de l’améliorer. Là encore, il s’agit de favoriser l’acceptation et la reconnaissance publiques des développements techno-scientifiques et de former des « citoyens scientifiques ». Débouchant sur le constat que les Britanniques souffrent d’un manque de connaissance flagrant, alors que les sciences et les technologies occupent une place de plus en plus importante dans leur quotidien et dans la société, le Bodmer Report préconise un développement des actions pus, visant à donner une image positive de la science et des technologies (Bodmer, 1985). Elles deviennent une mission prioritaire de la Royal Society et doivent impliquer aussi bien les scientifiques que les médias. Les scientifiques se plient à cette injonction car ils trouvent là un moyen de justifier leur activité et l’utilité de celle-ci, enjeu crucial au moment même où les budgets alloués à la recherche sont limités. Ce qu’on a appelé le mouvement pus est né de ce terreau de sauvegarde de la science et d’éducation du citoyen. Philippe Chavot et Anne Masseran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire