Toplumbilim ve gazetecilik3 - sosyoloji sosyo-politik talepleri ile asimile olamaz, tarafsızlık - gazetecilik, otonomi, basın ve ifade özgürlüğü - iki farklı mantık cinsleri

While the growing ascendancy of journalism over other social spheres seems clear, it still needs to be specified. The current configuration in which journalists and sociologists operate (and also politicians, economists and others) can only be really understood in the light of both the comparative historical conditions of production in the two spheres and the accentuating social division of labour. It is as if the increasing complexity of human societies had not affected the organization of sociology and journalism in the same way, in particular because of their very different historical attachment to autonomy. The relative success of Durkheim’s “strategy” to found sociology as an autonomous profession via the academic world has contributed directly to the declining power of sociological discourse in the social sphere. As Vincent Goulet’s contribution shows, it seems that a different conception of the social sciences succeeded in gaining ascendancy in the early 20th century, that of Dick May for example, which was far more sensitive to its dissemination among social groups, including the least dominant, in particular through their “leaders of opinion” or supervisory staff (teachers, union leaders, etc.). The success of Durkheim’s enterprise has resulted in a sociology founded on the model of the natural sciences and tending to hold institutional, but also scientific, autonomy in particularly high esteem. The analysis by Dominique Merllié (2004) of the refusal of a majority of the Durkheim “school” to follow the “intellectual fashion” for surveys reflects, to some extent, this tendency towards isolationism. In the spirit of Émile Durkheim, “good” sociology cannot be assimilated with the “social question” and with “socio-political aims” (ibid. : 150 et sq.). In line with this idea and in the same way as the “hard” sciences, sociology thus developed during the 20th century by continually extending its fields of specialization. The result today is a very evident segmentation of its fields of analysis and relatively little in the way of exchanges between these different segments. For sociology to be an active component of society, it now has to act through other sectors, including journalism, as shown here in the contribution from Julie Sedel on two sociologists specialising in questions of delinquency and “insecurity”, and from Aurélie Tavernier on how sociologists get access to the media in practice. A contrario, on the journalism side, “good” journalism was defined for a long time by “on the job” apprenticeship, the ability to adopt a general perspective on the world and a rejection of narrow specialization. Illustrating this is the relative “failure” of the first school of journalism created by Dick May 1899 and the fact that the French Higher School of Journalism (esj) was created in 1924, for reasons more ideological than professional, by Catholics with a concern to counteract the leftist cartel. The Journalism Training Centre (cfj) was only founded in 1946 with a view to the reconstruction of France’s national identity. It was not until the 1960s that the idea emerged of offering true public vocational training for journalists, through the creation of the Centre universitaire d’enseignement du journalisme (cuej) in 1958, the celsa in 1965 and the iut in Bordeaux in 1967. While today, in theory, schools of journalism recognized by the profession do not have a monopoly over training, they are increasingly an almost mandatory step towards employment in the dominant field, i.e. the audiovisual media, the afp and the national dailies. While this “professionalization”, which occurred at a later stage for journalism, was in line with the general trend towards qualifications as a prerequisite to enter the labour market, it nevertheless maintained a non-specialist character ; as noted by Dominique Marchetti (1997 : 170-255 ; 2002), “the higher their rank in the hierarchy, the more “generalist” journalists tend to be”. Thus, despite the emergence of different “thematic” categories in the written press, the circulation of “issues” and reflections is much more fluid in the media than in the sphere of sociology : depending on the issues of the day and the current balance of power, a question may be treated under different headings in turn (Marchetti, 2006).
From the relational point of view, then, the question of autonomy arises in very different terms for journalists and sociologists : to a journalist, autonomy means defending “freedom of the press”, which in effect means denouncing the least euphemistic forms of pressure (often from political authorities and more rarely from economic constraints), but it does not mean rejecting all relationships with other social spheres. It would even be true to say that journalism only exists because it is capable of handling, within the same sphere of visibility, the trains of thought of many different players involved in different activities in the social sphere (Ponet, 2007). Conversely, the use of reflexivity, prized by sociologists, is up to a point the logical conclusion of the drive towards autonomy : only sociologists, with the aid of the tools they have developed, can attempt to revisit their own practices. In this sense, rather than discussing different degrees of autonomy, it would be more relevant to discuss the different forms and uses it has developed in different areas and at different times. It then becomes possible to reinterpret the “decline” of the academic intellectual, and thus of sociologists, in comparison with journalists, as the result of the very different “management” of the ongoing social division of labour and the lengthening chain of interdependence. Finally, it is the component attributed to autonomy in the definition of group identity that seems to account for the current reversal of the balance of power between the two disciplines. To summarize, while in the past, a stance could be taken up in the social sphere on the strength of the conversion, at the end of a career, of specific knowledge capitalized over a long period – especially via the media (which accounts for the fact that only the most well-established voices could be heard), since the 1980s and 1990s and the liberalization of the audiovisual media, it seems that those who succeed in making their mark on the “public sphere” are individuals with multiple positions who accumulate different forms of capital simultaneously in different fields and who, especially, are able to handle the different kinds of underlying logic together. It seems, then, that the principles on which sociologists operate prevent them from becoming involved in these new patterns in the balance of power : there has been a shift from the power that stemmed primarily from the capacity for using specific positions of authority in other fields to a more diffuse kind of power that lies in the capacity for coordinating different kinds of logic. The best way of assessing these transformations is therefore to investigate the reciprocal uses by journalists and sociologists of their respective disciplines and how they mutually benefit from doing so.

Le constat d’une emprise grandissante du champ journalistique sur d’autres univers sociaux semble ainsi bien établi, reste à le préciser. La configuration actuelle dans laquelle s’inscrivent journalistes et sociologues (mais aussi politiques, économistes…) ne peut en fait être comprise qu’en prenant en considération dans un même mouvement, et les conditions historiques de production croisées de ces deux espaces et l’accentuation de la division sociale du travail. Tout se passe comme si le processus de complexification des sociétés humaines n’avait pas engendré les mêmes effets dans l’organisation de la sociologie et du journalisme, du fait notamment d’un attachement historique à l’autonomie très différent. La relative réussite de la « stratégie » durkheimienne d’autonomisation et de professionnalisation de la sociologie via l’université a contribué à ce que le discours sociologique ait aujourd’hui, de façon directe, moins de poids dans l’espace social. En effet, comme le montre la contribution de Vincent Goulet dans cette livraison, on peut imaginer qu’une autre conception des sciences sociales soit parvenue à s’imposer au début du XXe siècle, comme celle par exemple défendue par Dick May, beaucoup plus sensible à sa diffusion dans les groupes sociaux, y compris les plus dominés, notamment par l’intermédiaire de leurs « leaders d’opinion » ou leur personnel d’encadrement (instituteurs, responsables syndicaux, etc.). Il résulte de l’imposition de l’entreprise durkheimienne, une sociologie qui se fonde sur le modèle des sciences de la nature et qui est portée à une très forte valorisation de l’autonomie institutionnelle, mais aussi scientifique. L’analyse que propose Dominique Merllié (2004) sur le refus d’une majorité de « durkheimiens » de participer de cette « mode intellectuelle » des enquêtes souligne dans une certaine mesure cette volonté de fermeture. Dans l’esprit d’Émile Durkheim, la « bonne sociologie » ne peut être « assimilée à la ‘‘question sociale’’ et à des objectifs socio-politiques » (ibid. : 150 et sq.). Ainsi, dans cette logique et à la manière des sciences « dures », la sociologie va-t-elle se développer au cours du XXe siècle par une extension continue de ses domaines de spécialisation. À l’heure actuelle, il en résulte une segmentation importante de ses domaines d’analyse et une faiblesse relative des échanges entre ces différents segments. Pour que la sociologie soit agissante au niveau social, il lui faudra désormais passer par la médiation d’autres secteurs, dont le journalisme, comme le montre ici la contribution de Julie Sedel à propos de deux sociologues spécialisés dans les questions de délinquances et d’« insécurité », ou bien celle d’Aurélie Tavernier sur les modalités pratiques d’accès des sociologues aux médias.
A contrario, du côté des journalistes, c’est la « formation sur le tas », la capacité à adopter un point de vue général sur le monde, le refus d’une spécialisation poussée qui ont pendant longtemps servi à définir le « bon journaliste ». Pour s’en convaincre il suffit de rappeler « l’échec » relatif de la création par Dick May de la première école de journalisme en 1899 et de se souvenir que l’École supérieur de journalisme (esj) a été crée en 1924, pour des raisons plus idéologiques que professionnelles, par des catholiques soucieux de contrer le cartel des gauches. Le Centre de formation des journalistes (cfj) n’a été fondé qu’en 1946 dans un esprit de reconstruction de l’identité nationale. Il faut donc attendre les années 60 pour que l’on songe à offrir une véritable formation professionnelle publique aux futurs journalistes, avec la création du Centre universitaire d’enseignement du journalisme (cuej) en 1958, du celsa en 1965 et de l’iut de Bordeaux en 1967. Si aujourd’hui, en théorie, les écoles en journalisme reconnues par la profession n’exercent pas de monopole en matière de formation, il faut reconnaître qu’elles deviennent un passage quasi obligé pour exercer dans son pôle dominant, à savoir l’audiovisuel, l’afp et la presse quotidienne nationale. Cette « professionnalisation » effective, plus tardive chez les journalistes, si elle participe du mouvement général de la « diplômisation » du marché du travail, garde néanmoins un caractère généraliste ; comme le note Dominique Marchetti (1997 : 170-255 ; 2002), « plus on monte dans la hiérarchie des postes, plus on tend à trouver des journalistes “généralistes” ». Aussi, malgré l’apparition de différentes catégories « thématiques » dans les journaux, la circulation des « problématiques » et des questionnements est-elle beaucoup plus fluide dans les médias que dans le cadre de la sociologie : une question peut, selon les enjeux du moment et les rapports de force, être traitée tour à tour par différentes rubriques (Marchetti, 2006).
Dans une perspective relationnelle, on peut donc dire que la question de l’autonomie se pose dans des termes très différents pour les journalistes et les sociologues : être autonome pour un journaliste c’est défendre la « liberté de la presse », c’est-à-dire en fin de compte dénoncer les formes de pression (souvent du pouvoir politique, plus rarement la contrainte économique) les moins euphémisées, mais ce n’est pas refuser toute forme de relations avec d’autres espaces sociaux. On peut même affirmer que le champ journalistique n’existe que parce qu’il parvient à articuler dans un même espace de visibilité les logiques des multiples agents participant aux différentes activités de l’espace social (Ponet, 2007). À l’inverse, l’usage de la réflexivité chère aux sociologues est dans une certaine mesure la concrétisation de cette logique de l’autonomie poussée à son terme : seul le sociologue peut, à l’aide des outils qu’il s’est forgé, tenter de revenir sur ses propres pratiques. En ce sens, plutôt que de parler des différences dans le degré d’autonomie, il est sans doute préférable de parler des différentes formes d’autonomie et des différents usages auxquels elle peut donner lieu selon les espaces et les époques. Il devient alors possible de relire ce « déclin » de la figure de l’intellectuel universitaire, et par la même occasion du sociologue, face aux journalistes, comme le résultat d’une « gestion » très différente du processus constant de division sociale du travail et de l’allongement des chaînes d’interdépendances. Finalement, c’est la part accordée à la question de l’autonomie dans la définition de l’identité du groupe qui semble expliquer l’inversion des modes de domination à l’heure actuelle. Pour le dire vite, si auparavant c’était la reconversion en fin de carrière du capital spécifique accumulé sur un temps long dans le champ intellectuel qui autorisait des prises de position dans l’espace social via les médias notamment (expliquant ainsi que seuls les plus consacrés aient voix au chapitre), depuis les années 1980-90 et la libéralisation de l’audiovisuel, il semble que ceux qui parviennent à s’imposer dans « l’espace public » soient des individus multipositionnés qui cumulent dans le même temps et dans différents espaces, diverses formes de capital, et qui surtout parviennent à articuler ces différentes logiques. Tout se passe alors comme si les principes de fonctionnement des sociologues leur interdisaient de s’investir dans ces nouveaux modes de domination : d’une autorité qui découlait d’abord de la capacité à user dans d’autres espaces de ces positions de pouvoir spécifique, on est passé à un pouvoir plus diffus, qui se loge dans l’aptitude à coordonner différentes logiques. Le meilleur moyen de prendre la mesure de ces transformations est donc d’étudier les usages réciproques que peuvent faire journalistes et sociologues de leurs disciplines et de la façon dont ils en tirent une valorisation mutuelle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire