Toplumbilim ve gazetecilik2 - güç değişme dengesi - 19. yüzyil ahlaki yaklaşım, işçi sınıfının durumu , romanlarda olarak açıklama (F. Engels 1845) sonradan sosyal alanda veri dönüşümü

The changing balance of power between sociology and journalism - As we know, early works on the working classes combined different methods of “observation” and, often, a moral tone, recommendations on hygiene and political denunciations, were published as literary narratives. To cite some of the best known among very many possible examples, Friedrich Engels, in writing his “Condition of the Working Class in England” in 1845, used his own observations, the accounts of his partner (an Irish working class woman) and his readings of two working class newspapers published in Manchester, the Northern Star and the Manchester Guardian. In 1855, the monographs on the working class of Frédéric Le Play, a progressive and paternalistic Catholic, drew on the native expertise of “key informants” (priests, doctors, schoolteachers living in working class neighbourhoods) and analyses of family budgets. He was able to do this because his training as a mining engineer enabled him to “observe” workers’ living conditions over a long period, but also because his professional journeys and his training in the “natural sciences” gave him the foundations to invent scientific schemes for social analysis (Arnault, 1984). We know that Émile Zola used to take a great many “ethnographic” notes before he began to write a novel. His observations of the Anzin mines were also decisive to the writing of Germina. As shown in Vincent Goulet’s contribution, the study of Dick May’s social and professional trajectory and his attempt to set up a course in journalism at his school of higher social studies illustrate the lack of a well defined identity at this time : the question of teaching reveals the competition between different conceptions of the two disciplines and the political battles around them. More generally, the mixture of genres can be seen in one of the branches of publishing - “studies of social mores” or “panoramic literature” - where the sole aim is to relate the life of society through narratives, novels, essays and moral and political reflections, which together form a whole that may seem disparate today but at the time made up a large part of “scholarly” or “semi-scholarly” publications. In fact, it was only by making concessions to the history of the discipline and to the necessarily retrospective writing involved that these “founding fathers” could be credited with strategic intentions to achieve the disciplinary autonomy that matches what these disciplines later became. Bernard Lacroix (1981) showed that Emile Durkheim’s attentiveness to the political issues of his time was masked for a long time by his work on the foundations of sociology as a science. In some of the texts he published in “sociological” or “philosophical” journals can be discerned a rhetoric in which sociology is used to disqualify what he considers to be “scientific heresies” or to assert the permanence of certain traits he considers as anthropological constants (Durkheim, 1899).
A comparative review, from this angle, of the history of the social sciences and journalism brings out the many points of contact that have appeared between the two disciplines, for example in the works of Sandrine Lévêque (2000) on social reporting, in the contributions of Robert E. Park, who moved from journalism to the Chicago “school” of sociology, or in American “precision journalism” or Susan Allen’s “media anthropology” (Coman, 2003 : 6-7) in the 1960s, which attempted to import social science techniques into journalistic practice. Another example where the two approaches clearly intermingle is the “new journalism” that advocates a subjective view of reality in the name of the “authenticity of experience” and its power of social mobilization. Up to a point, the extreme left-wing militancy of the early Libération newspaper, where the idea was to give a voice to the people through individual accounts or by placing an emphasis on columns considered to be devoid of political interest, such as small ads or “trivial” news items, is an example of the words of ordinary people becoming objects of sociological study. As we see, the history of relationships between journalists and sociologists, like that of specialization processes, is the history of the indeterminacy of genres or, to be more precise, of the continual reconstruction of legitimate genres, whatever the scope actually left for approaches that closely combine ethnological surveys, statistics, literary accounts or political, moral or religious standpoints. While studies of past or contemporary relationships between sociology and journalism should not take sides in attempts to establish the autonomy of the two groups, they should nevertheless acknowledge the importance of their claims to “autonomy”, which is clearly one of the prerequisites for legitimate “accounts” of society.
Reconstructing the genesis, and especially the uses by journalists and sociologists of their “professional autonomy”, bring out their respective “powers” wielded not so much through the resources available to them but through changes in patterns of domination and in the logic underlying the conversion of their specific capital in the social sphere. Although they do not always account for the multiple kinds of logic underlying the autonomization and professionalization of a discipline, historical studies on the gradual construction of each group have two advantages. By describing the stages through which the distinctive “attributes” of a profession are gradually obtained, in the context of what Terry Shinn has called the “disciplinary regime”, these studies first of all give a good idea of the dissimilarities and areas of opposition that became established between the two groups and made them mutually irreducible. They thus bring out the differences not only in terms of professionalization, but also in their relationships with other social spheres. By showing the different tensions that affect each group, they point out that referring to “journalists” or “sociologists” is merely a convenient discursive short-cut for designating these groups, which are themselves affected by the continuing process of the social division of labour. Talking about the relationships between “journalists” and “sociologists” is meaningless unless the properties of the journalists and sociologists in question are specified : are they research staff, research directors at the CNRS, university lecturers or professors, temporary staff or sociology PhDs without a post ? Have they written peer-reviewed articles or books ? Do they occupy a position in a learned society or a university ? Are they freelance journalists, salaried journalists or editors in chief ? Do they work for the written press, radio or television ? Did they attend a school of journalism or a political sciences institute, or did they learn their trade “on the job” ? Do they write for a national daily, a weekly or a specialized monthly ? Given the many possible distinguishing criteria, we need to look beyond the simple division between professional groups and offer the hypothesis that the structure of their relationships has evolved in accordance with more general social processes, principles of elective affinity and mechanisms of structural homology.

Les premiers travaux sur la classe ouvrière mêlent différentes méthodes d’« observation », conjuguent souvent approche morale, prescriptions hygiénistes et dénonciation politique, ou encore font-ils l’objet de récits littéraires. Parmi les très nombreux exemples possibles, citons quelques-uns des plus connus : en 1845, pour rédiger La Situation des classes laborieuses en Angleterre, Friedrich Engels s’appuie sur ses propres observations, les témoignages de sa compagne, une ouvrière d’origine irlandaise, ou encore la lecture de deux journaux ouvriers de Manchester : le Northern Star et le Manchester Guardian. En 1855, Frédéric Le Play, catholique progressiste et paternaliste, mobilise dans ses monographies ouvrières les expertises indigènes d’« informateurs privilégiés » (curés, médecins, instituteurs vivants dans les quartiers populaires) et recourt à l’analyse des budgets familiaux. S’il peut le faire c’est parce que sa formation d’ingénieur des mines lui a permis d’« observer » pendant longtemps les conditions de vie des ouvriers, mais aussi parce qu’il a pu tirer de ses voyages professionnels, et de sa formation en « sciences de la nature » les bases pour inventer des schèmes scientifiques d’analyse du social (Arnault, 1984). On sait qu’Émile Zola avait l’habitude de prendre d’abondantes notes « ethnographiques » avant de commencer ses ouvrages. Ses observations des mines d’Anzin ont ainsi été décisives dans la rédaction de Germinal. Comme le montre la contribution de Vincent Goulet, l’étude de la trajectoire sociale et professionnelle de Dick May, et sa tentative de créer une formation au journalisme au sein de son École des hautes études sociales, illustrent l’indétermination identitaire de cette période : à travers la question de l’enseignement, on perçoit comment différentes conceptions de ces deux disciplines sont en concurrence et sont l’objet de véritables luttes politiques. Plus généralement, ce mélange des genres se repère dans une branche de l’édition, les « tableaux de mœurs » ou la « littérature panoramique », qui n’a d’autre objet que de rendre compte du social par des récits, des romans, des essais et des réflexions morales et politiques, l’ensemble formant un tout qui peut sembler aujourd’hui disparate mais qui constituait à l’époque une part importante de l’édition « savante » ou « demi-savante ».
En fait, ce n’est qu’au prix de concessions faites à l’histoire disciplinaire, et au travail d’écriture nécessairement rétrospectif qu’elle suppose, que l’on a pu prêter à des « pères fondateurs » des intentions stratégiques autonomisantes, conformes à ce que sont devenues lesdites disciplines. Bernard Lacroix (1981) a montré que l’attention d’Émile Durkheim pour les questions politiques de son temps a été longtemps occultée par son travail de fondation de la sociologie en tant que science. La lecture de certains de ses textes publiés dans des revues « sociologiques » ou « philosophiques » révèle l’emploi d’une rhétorique où la sociologie est mobilisée pour disqualifier ce qu’il considère être des « hérésies scientifiques » ou affirmer la permanence de certains caractères qu’il considère comme des permanents anthropologiques (Durkheim, 1899). Relues sous cet angle, les histoires croisées des sciences sociales et du journalisme permettent de mettre en relief les nombreux points de contacts qui ont pu se réaliser entre les deux disciplines : que l’on songe aux travaux de Sandrine Lévêque (2000) sur les journalistes sociaux, à l’apport de Robert E. Park, ancien journaliste devenu sociologue à « l’école » de Chicago, au precision journalism américain ou au media anthropology de Susan Allen (Coman, 2003 : 6-7) des années 60 qui ont tenté d’importer les techniques des sciences sociales dans la pratique journalistique. Autre cas où l’on perçoit l’entrelacement des deux approches, celui du new journalism qui prône une vision subjective de la réalité au nom de son « authenticité vécue » et de sa force de mobilisation sociale. Dans une certaine mesure, le journalisme militant d’extrême gauche du premier Libération, qui voulait donner la parole au peuple par le témoignage ou la mise en valeur de rubriques jusqu’alors politiquement déconsidérées comme les faits divers ou les petites annonces, est un exemple d’une forme de sociologisation de la parole ordinaire. On le voit, l’histoire des rapports entre journalistes et sociologues est tout autant que celle des processus de spécialisation, celle de l’indétermination des genres, ou plus exactement, celle d’une reconstruction permanente des genres légitimes, quelle que soit la place effectivement laissée aux approches conjuguant étroitement enquêtes ethnologiques, statistiques, récits littéraires, prises de position politique, morale ou religieuse. Si l’étude des relations passées ou contemporaines entre la sociologie et le journalisme ne doit pas participer des luttes qui visent à imposer comme évidente l’autonomie de ces groupes, elle doit cependant prendre acte de l’importance de ces revendications d’« autonomie » qui, manifestement, constitue un des fondements de l’autorité à « parler » du social.
Restituer la genèse, mais surtout les usages respectifs que font journalistes et sociologues de leur « autonomie professionnelle », permet d’appréhender leur « pouvoir » respectif, non pas tant par le truchement des ressources dont ils disposent que par le biais des transformations des modes de domination et des logiques de conversion de leur capital spécifique respectif dans l’espace social. S’ils ne restituent pas toujours les logiques plurielles d’autonomisation et de professionnalisation, les travaux historiques sur la construction progressive de chacun de ses groupes présentent à cet égard un double avantage. En décrivant les étapes qui leur ont permis d’obtenir progressivement les « attributs » distinctifs d’une profession, en s’inscrivant dans ce que Terry Shinn a désigné par les termes de « régime disciplinaire », ils permettent d’abord de prendre la mesure des dissemblances, des oppositions, qui vont s’établir entre ces deux groupes et les rendre irréductibles l’un à l’autre. Ainsi ces travaux permettent-ils de souligner des différences non seulement en termes de professionnalisation, mais encore dans les relations entretenues avec les autres univers sociaux. En montrant ensuite les diverses tensions qui traversent chacun de ces espaces, ils permettent de rappeler que parler de « journalistes » ou de « sociologues » ne constitue qu’un raccourci discursif commode pour désigner des groupes, qui sont eux-mêmes marqués par le processus constant de division sociale du travail. Évoquer les rapports entre « journalistes » et « sociologues » n’a pas grand sens si ne sont pas précisées les propriétés des sociologues et des journalistes dont on parle : sont-ils chargé de recherche, directeur de recherche au CNRS, maître de conférences ou professeur d’université, vacataire, docteur en sociologie sans poste ? Ont-ils écrit des articles ou des ouvrages reconnus par leurs pairs ? Occupent-ils des positions dans des sociétés savantes ou à l’université ? Sont-ils pigistes, salariés, rédacteurs en chef ? Travaillent-ils dans la presse écrite, à la radio à la télévision ? Sont-ils passés par une école de journalisme, par un institut d’études politiques, ou bien ont-ils été formés « sur le tas » ? Écrivent-ils dans la presse quotidienne nationale, dans un hebdomadaire, un mensuel spécialisé ? En fait, face à la multiplicité des critères de distinction en jeu, il faut dépasser la simple opposition entre groupes professionnels et faire l’hypothèse que la structuration de ces rapports répond à des logiques sociales plus générales, s’inscrit dans des principes d’affinités électives et renvoie à des mécanismes d’homologies structurales.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire