Mekansal adalet krizi - özel güvenlik kuvveti - neoliberalizm siyasal kültür için - devletin meşruluğu kaymıştır siyaset - demokratik yapıların yokluğu önemli değil : ekonomik büyüme mazeret

Spatial Justice in crisis - One profound implication of the fiercely anti-democratic political culture that emerges at the conjoining of neo-liberalism and neo-conservativism is the shifted politics of legitimacy of the state: to the extent that neoliberalism justifies its authority via claims to growth, the absence of democratic structures does not lead to legitimation crises, for neoliberalism does not derive its legitimacy from them but rather from the promise to create structures that enhance and guarantee economic growth. Moreover, the apparent absence of “growth” does not necessarily provoke a legitimation deficit for a strictly neo-liberalizing regime. A “growth crisis”—such as the one we are now experiencing—will likely intensify the call for growth at any cost. Thus, even as the financial crisis inspires demands for the re-regulation of finance capital (which was never de-regulated, but was, rather subject to neoliberal regulation), the crisis will not stall the core process by which responsibilization takes place. To the contrary, the financial crisis and broadscale economic hardship will likely ratchet up the call for growth and further entrench the process by which market rationality and entrepreneurialism is expanded to every domain. In addition, as a mode of political rationality, neo-conservativism also does not seek to legitimate its authority in democratic institutions; rather, it asserts its legitimacy through a moral righteousness backed by and expressed through the exercise of power, and is emphatically and explicitly hostile to democratic egalitarianism. Thus, this “new political form,” this anti-democracy taking shape at the conjunction of neoliberalism and neoconservativism inures itself to crises of legitimation by oscillating between authority and power—by appealing to the alibi of economic growth and by cultivating fear. Growth legitimates the authority of the neoliberal state project; fear legitimates the expansion of unaccountable state power. The conjoined force of neoconservativism and neoliberalism is pro-foundly shifting the terrain of the politics of state legitimacy in the U.S., with profound implications for the contours of political mobilization in this time of global economic crisis. Brown does not address the spatial registers of this emergent anti-democratic political form. Yet her emphasis on the importance of understanding neoliberalism as a normative, constructivist project—a project “that endeavor[s] to create a social reality it suggests already exists”—would seem to underscore the centrality of the built environment, of physical constructions and of the spatial scale of lived experience in the effort to produce the truth-effects of this “new political form.” A review of the key socio-spatial transformations over the last three decades reveals that the urban scale is a central spatial register within which and through which the responsibilization and de-democratization of citizens takes place. A brief and non-exhaustive summary of these transformations includes: the rise of entrepreneurialism as the primary mode of urban governance, resulting from and producing increased competition and “place-marketing” between cities within regions, between regions, and between cities competing in an increasingly global(ized) economy; the emergence of new actors and new institutions which constrain the political autonomy of urban governance, such as bond-rating agencies, public private partnerships, privatization of public assets, and tax increment financing schemes; the increased power of the real estate sector within the urban landscape, such that real estate is, as Jason Hackworth has argued «the leading edge of neoliberalism on the urban scale in the United States”; the shift from urban planning to urban megaprojects, or what Peter Marcuse has aptly termed “deplanning” which removes urban spatial transformation even further from democratic accountability; the intensification of spatial division, and the emergence of the “quartered” or “layered” city: fortified enclaves, ghettoes of exclusion, and center-city citadels of capital; the increased “securitization” through official and unofficial policing of the disparate zones of the divided city; the increased salience of anti-immigration and anti-homelessness law, and the emergence of the legal category of the “illegal” person”; the rescaling of the state function or what Neil Brenner terms “state spatiality” from the Keynesian welfare state, which emphasized the horizontal distribution of state spatiality across the national territory, to the “multi-scalar recalibration” of spatiality which puts renewed emphasis on the urban scale as a command center in the operation of global capital.

The extreme responsibilization of the citizen happens by way of and at the spatial scale of responsibilized, entrepreneurialized, and increasingly de-democratized urban spaces. Indeed, David Harvey argues forcefully that the fiscal crisis in New York City in the mid1970s and the success with which the crisis enabled financial institutions to transform urban governance in New York functioned as a kind of policy-incubator, honing a process that was later exported to other cities in the United States and to whole countries, through the instrumentalities of neoliberal finance. Brown’s analysis importantly augments the socio-spatial accounts of neo-liberalism, as sheurges us to understand these material transformations not as the Neoliberal Real, but rather as spatially-embedded strategies by which neo-liberalism—as a political project—attempts to create the reality it claims already exists. The responsibilization of cities—the de-democratization of and in the urban scale—presents particular challenges for the practice of spatial justice, for cities are increasingly less powerful than they look, in this sense: gleaming towers and big boxes are touted as the accomplishments of neoliberal urban governance. As signals of the achievements of neoliberal governance, however, they are also signs of the loss of political autonomy and the diminishment of the capacity of democratic institutions at the urban scale—the capacity that is a necessary precondition of the re-direction of urban policy toward different, more egalitarian aims. The gleaming towers and big boxes do not signal the expanded capacity of urban governance itself, but increasingly are signs of the impotence of the capacity of urban governance relative to the forces that have captured public institutions and assets for private gain, forces which increasingly do not operate at the urban scale. Yet the apparent self-evidence of the built as “growth” provides a principle alibi for the extension of neoliberal political rationality. Moreover, the responsibilization of the city has meant that the city is a core spatial register within which the de-politicization of socio-spatial inequality takes place. Cities are left with decreased capacity to manage the political, social and economic problems neo-liberalization produces; moreover, these problems are de-politicized—they are not viewed as a political symptom of systemic failures, but as the result of the poor choices made by individual cities, by individual neighborhoods within cities, or by individuals within those neighborhoods. The ongoing fiscal crisis will only escalate the process of interurban competition, as extreme fiscal discipline is imposed on states, cities and individuals, as all compete for shrinking funds as state governments and municipalities contend with budget shortfalls, drastic losses in tax revenue, and increased social need. It remains an open and critical question whether the ongoing financial crisis will trigger a re-politicization of social inequality or whether the crisis and resulting economic distress will continue to be seen as personal failures caused by bad choices made by imprudent individuals. Lisa Brawley

La justice spatiale en crise
Cette culture politique résolument anti-démocratique, fruit de l’alliance entre néolibéralisme et néo-conservatisme, a notamment provoqué une inversion de la stratégie de légitimation de l’État. En effet, dans la mesure où le néolibéralisme fonde son autorité sur une promesse de croissance, l’absence de structures démocratiques n’affecte en rien sa légitimité, qui n’est effectivement plus fondée sur celles-ci, mais bien plutôt sur la promesse qu’il créera les structures nécessaires pour favoriser et assurer la croissance économique. Pourtant, l’absence apparente de « croissance » ne se traduit pas nécessairement par un déficit de légitimité du régime strictement néo-libéralisant. La « crise de croissance » – comme celle que nous traversons aujourd’hui – conduira plus probablement à des appels redoublés à la croissance à tout prix. Ainsi, alors même que la crise financière conduit certains à exiger la re-régulation du capitalisme financier (qui n’a d’ailleurs jamais été dérégulé, mais a bien plutôt été soumis à la régulation néolibérale), elle ne mettra pas fin au processus fondamental par lequel chacun est « responsabilisé » dans le sens qu’il doit lui-même se prendre en charge. Au contraire, la crise financière et la détresse économique générale ne feront probablement qu’intensifier les appels à la croissance et renforceront le processus par lequel la logique de marché et la logique d’entreprise s’étendent à tous les domaines. Qui plus est, le néo-conservatisme, en tant que logique politique, ne cherche pas lui non plus à asseoir son autorité sur les institutions démocratiques, mais bien plutôt sur un sentiment moral qui se nourrit et s’exprime à travers l’exercice du pouvoir, et qui est emphatiquement et explicitement hostile à l’égalitarisme démocratique. Cette « nouvelle forme politique », cette anti-démocratie, née de la rencontre entre néolibéralisme et néo-conservatisme, se prémunit ainsi contre les crises de légitimité en oscillant entre autorité et pouvoir – en faisant appel à l’alibi de la croissance économique et en cultivant la peur. La croissance légitime l’autorité du projet de l’État néolibéral, et la peur l’expansion du pouvoir incontrôlé de l’État. Les forces alliées du néo-conservatisme et du néolibéralisme ont profondément transformé le processus de légitimation de l’État aux États-Unis, et ont des répercussions profondes sur le terrain de la mobilisation politique en ces temps de crise économique mondialisée. Brown ne s’intéresse pas aux registres spatiaux de cette forme politique anti-démocratique émergente. Elle insiste pourtant sur la nécessité de comprendre le néolibéralisme comme un projet normatif et constructiviste – un projet « qui œuvre à la création d’une réalité sociale qu’il prétend déjà exister » –, analyse qui semble donc souligner l’importance de l’environnement bâti, des constructions physiques et de la dimension spatiale de l’existence, dans l’effort déployé par cette « nouvelle forme politique » pour produire des effets de réalité. Un survol des principales transformations socio-spatiales des trois dernières décennies révèle que le milieu urbain joue un rôle central et constitue l’échelle où s’opèrent la responsabilisation et la dé-démocratisation des citoyens. Ces transformations comprennent notamment, pour résumer rapidement : la montée de la logique d’entreprise comme principal mode de gouvernance urbaine, à la fois cause et conséquence du « marketing territorial » et de la concurrence accrue entre villes à l’intérieur d’une même région, entre régions, et entre villes concurrentes au sein d’une économie de plus en plus mondialisée ; l’émergence de nouveaux acteurs et de nouvelles institutions qui restreignent l’autonomie politique de la gouvernance urbaine – agences de notation financière, partenariats public-privé, privatisation des biens publics, financements par surcroît d’impôts ; le pouvoir accru du secteur immobilier en milieu urbain, tant et si bien que l’immobilier, comme l’a souligné Jason Hackworth, est devenu « la pointe avancée du néolibéralisme à l’échelle urbaine aux États-Unis » ; le passage de l’aménagement du territoire aux grands projets urbains, ou ce que Peter Marcuse a bien nommé le « dés aménagement » qui soustrait encore davantage du contrôle démocratique la transformation de l’espace urbain ; l’intensification du cloisonnement spatial, et l’émergence de la ville « en quartiers » ou « en strates » – enclaves fortifiées, ghettos de l’exclusion, et citadelles du capital au centre-ville ; la « sécurisation » accrue par la police officielle ou des vigiles privés dans les zones disparates de la ville morcelée ; la proclamation de plus en plus fréquente de lois contre les immigrés et les sans-abri, et l’émergence de la catégorie juridique des « clandestins ». La re-calibration de la fonction étatique ou de ce que Neil Brenner appelle la « spatialité de la puissance publique » de l’État providence keynésien – qui mettait l’accent sur la répartition de la puissance publique sur l’ensemble du territoire national – aboutit à une « re-calibration à échelles multiples » qui met de nouveau l’accent sur l’échelle urbaine comme centre de commandement du capitalisme mondial.
Le fait que le citoyen soit rendu entièrement responsable de son sort s’opère par le biais et à l’échelle d’espaces urbains de plus en plus dé-démocratisés et soumis eux aussi à une logique d’entreprise. En effet, comme David Harvey l’a bien montré, la crise fiscale que la ville de New York a connue au milieu des années 1970, et l’efficacité avec laquelle celle-ci a permis aux institutions financières de transformer la gouvernance urbaine à New York, ont servi d’incubateur politique et ont permis de perfectionner un processus qui fut ensuite exporté vers d’autres villes des États-Unis et vers des pays entiers, par le biais de la finance mondiale. Brown apporte une contribution à l’analyse socio-spatiale du néolibéralisme, contribution importante en ce qu’elle nous encourage à envisager ces transformations matérielles non pas comme le réel néolibéral, mais bien plutôt comme des stratégies spatialement intégrées grâce auxquelles le néolibéralisme – en tant que projet politique – tente de créer une réalité qu’il présente comme déjà existante. Les villes, elles aussi et comme les citoyens, sont déclarées responsables de leur sort dans un environnement régi par la logique du marché. La dé-démocratisation à l’échelle urbaine et de l’échelle urbaine pose alors des difficultés particulières à la pratique de la justice spatiale. En effet, de plus en plus souvent, les villes sont moins puissantes qu’elles n’en ont l’air, du moins si l’on se fie aux gratte-ciel et aux hypermarchés comme autant de réussites de la gouvernance urbaine néolibérale. Ces accomplissements de la gouvernance néolibérale signalent pourtant aussi une perte d’autonomie politique et une capacité amoindrie pour les institutions démocratiques à l’échelle urbaine – capacité qui est une condition nécessaire à tout recentrage des politiques urbaines sur des objectifs différents, et plus égalitaires. Les immeubles de grande hauteur et les grandes surfaces commerciales ne signalent donc pas la capacité accrue de la gouvernance urbaine elle-même, elles sont bien plutôt le signe de l’impuissance de la gouvernance urbaine vis-à-vis des pouvoirs qui ont pris le contrôle des institutions publiques et des biens publics à des fins lucratives privées, pouvoirs qui opèrent de moins en moins à l’échelle urbaine. Pourtant le bâti comme marque évidente de la « croissance » fournit un alibi essentiel à l’extension de la logique politique néolibérale. De plus, que la ville soit déclarée responsable de son sort signifie qu’elle constitue un registre spatial essentiel au sein duquel prend place le fait que les inégalités socio-spatiales sont vidées de leur signification politique. Avec une capacité amoindrie, les villes se retrouvent à devoir gérer les problèmes politiques, sociaux et économiques générés par les progrès du néolibéralisme. De surcroît et parce qu’ils sont eux-mêmes vidés de leur sens politique, ces problèmes ne sont plus envisagés comme le symptôme politique d’un échec du système : ils sont considérés comme le résultat de mauvais choix effectués individuellement par les villes, les quartiers au sein de ces villes, voire les individus au sein de ces quartiers. La crise fiscale en cours ne fera qu’intensifier la concurrence entre les villes, une discipline fiscale d’airain étant imposée aux États, aux villes et aux individus. Dans cette concurrence générale pour obtenir des fonds en diminution constante, les gouvernements locaux et les municipalités sont aux prises avec des déficits budgétaires et des pertes drastiques de revenu fiscal, mais confrontés à des besoins sociaux grandissants. La question cruciale demeure de savoir si la crise financière en cours va redonner aux inégalités sociales leur dimension politiques ou si, au contraire, les bouleversements économiques continueront à être interprétés comme des échecs personnels liés aux mauvais choix opérés par des individus imprudents. Lisa Brawley

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire