Hümanizm ve sosyal düzen 2 - yasal kısıtlama, özgürlük müsadere ve insan hakları

We must be wary of attempts at correctional reform aimed at “improving the prisoner’s lot” when they are not integrated in a comprehensive theory of confinement. Researchers who are not in search of that kind of theory remain trapped in the “fly bottle, to use Watzlawick’s expression, of an apparently obvious “reality” (with statements such as “we must give prisoners control of their own fate by setting up appropriate schemes for making them face up to their responsibilities”) whose only objectivity resides in the fact that it is not challenged, but blindly accepted as genuine. In precisely this sense, these “obvious facts” are primarily ideological realities. Inside that fly bottle the conceptual framework is devoid of contradictions, whereas viewed from outside as suggested above, this framework turns out to be a trap. In other words, those people who believe they are being critical and rethinking the system are deluding themselves and may well reinforce (by omission or compromise) the “lines of force of the world”, of which they are a vector. Rather, the task of the thinker as viewed by Watzlawick and Wittgenstein, would be to convince the fly trapped in its bottle that the only way out is to go back up the narrow path by which it entered, even if that avenue seems more dangerous than the space in which it is imprisoned. Radical criticism of prison as developed during the 1970s and 80s may be viewed as an attempt to get out of that fly bottle. Prison reform is judged impossible, so that the only conceivable prospect of social-historical change is abolition. Thus, given the intrinsic failure of prisons to accomplish all of the contradictory missions assigned to them, the pure and simple elimination of prison, denounced as a source of sterile suffering has been considered and demanded at regular intervals. Some extreme optimists even claim that its abolition is imminent, although we see no reason for this strange optimism. This stance is definitely intellectually fertile, primarily in that it demystifies the Law and produces a genuine epistemological break with the correctionalist project, thus opening new horizons for analysis. But “critics” may well find themselves in a new dead end here. Indeed, since the analysis peaks with the bold assertion that any reform reinforces the institution (by adjusting it and/or making it more commonplace), the Cause becomes paradoxically more important than the immediate, concrete situation of the people (behind the bars) whom the Cause alleges to defend, thus creating another ideological reality no less pernicious than the one it claims to reject. So we find ourselves faced once again with the “dilemma of prisons”, the terms of which have been formulated by Y. Cartuyvels: on the one hand, the attempt to make prison a place respectful of the law is tantamount to ratifying the existence of a correctional space that is seriously lacking in legitimacy, to accepting the persistence of a criminal justice system based on personal restraint which may be viewed as contrary to human rights, and to accepting the violence of a discriminatory, managerial logic of social exclusion . . . while on the other hand, to refuse any prison reform is to refuse to conceive of the development of a legal system for sentence-enforcement which would provide guarantees, protection and true improvement for prisoners faced, day after day, with arbitrary decisions and the vacuity of life in prison.
The urgency of reforms – corrections-centeredness – and rejection of the institution—abolitionism(s)–represent two types of critical attitudes, then, often combined in a single argument, which structure a non-negligible part of (heterogeneous and sometimes contradictory) rightly or wrongly self-proclaimed “critical” sociopolitical rhetoric. There have been occasional attempts to ferret out a new historical dynamic susceptible of overcoming this dilemma. This was the case for “minimalism”, in which the utopia of the end of the institution offers a prospect of practices commanded by a goal: that is, constantly decreasing numbers of inmates for increasingly shorter prison stays. The fecundity of some present-day research on prisons resides in the resolute pursuit of new modes of articulation between micro- and macro-sociology. Following a brief overview of some trends investigating this vein, we will go on to explore the research ethos of another perspective which is radically transversal in its thinking and also attempts to free itself of the dilemma described above.
As some major postmodern thinkers would suggest, the impasses of prison may be sought in its very essence: a modern project guided by organizing Reason.The rational search for a well-ordered world which legitimates itself through a meta-narrative of emancipation, as “a future to bring into being”, “an Idea to put into practice”, necessarily generates its own kinds of violence, fears and risks – which represent the “productive refuse of the order-producing factory” – for which prison is supposed to be an answer. Thus, part of the problem is contained in the very search (modern and state-propelled) for its solution. This creates a vicious circle: the process of criminalization of various acts may be limitless and generate potentially limitless penal repression directed at all acts judged undesirable. The touchstone of analysis here is the assumptions and self-reproducing frustrations of the Leviathan. More classically, and in relative continuity with the pioneering work of Rusche and Kirscheimer, other thinkers tackle the task of deciphering the crumbling of the “social” state and its gradual replacement by the “social-safety” state, or even by a “punitive” state, under strong neo-liberal pressure. The motivations—more or less explicit depending on the writer—behind the first golden age of ethnographic field work in the sociology of prisons may be seen as a desire to articulate micro-sociological observation of the prison environment with the socio-historical forces that shape the institution. One thinks of Sykes, for example, who has brilliantly shown how social relations in prison are the outcome of the clash between the various ends it supposedly pursues (Custody, Internal Order, Self-Maintenance, Punishment, Reform), or of Goffman and his concept of the total institution which, as a structural concept, questioned the entire social system. At present, one part of the sociology of prisons continues in the same spirit, describing the basic contradiction between “security” missions and “rehabilitation”, as well as the domination of the imperative of security over any other logic. A. Chauvenet, in particular, has recently revisited the articulation between micro- and macro- aspects, with an extremely stimulating analysis of social relations in prison, showing confinement for what it is: a defensive warring system which, instead of manning the borders and warding off an enemy from outside, is built into the sociopolitical and spatial fabric and is aimed at the enemy from within, shut up behind walls and unable to leave as long as the justice system has not decided otherwise.

What is crucial to this articulation, then, is the order underlying the institution, forming the focal point of critical analysis, guided in this case by the postulate that the way a political system treats its deviants tells a great deal about the system itself. This transversal character can be taken further at present.

Il faut ainsi se méfier de la recherche de réformes carcérales visant à « l'amélioration du sort des détenus » lorsqu'elles ne s'insèrent pas dans une théorie globale de l'enfermement carcéral. En l'absence de la recherche d'une telle théorie, le chercheur reste enfermé, pour reprendre le mot de Watzlawick, dans la bouteille à mouche d'une « réalité » apparemment évidente (avec des énoncés du type « il faut rendre les détenus maîtres de leur propre destin par la mise en place de dispositifs de responsabilisation appropriés ») dont l'objectivité tient pourtant au seul fait que l'on ne la remet pas en question et qu'on l'a aveuglément acceptée comme vraie ; en ce sens précis, ces « évidences » sont d'abord des réalités idéologiques. A l'intérieur de cette bouteille à mouche, le cadre conceptuel ne renferme aucune contradiction alors que, considéré de l'extérieur, comme on vient de le suggérer, ce cadre se révèle constituer un piège ; en d'autres termes, celui qui croyait être critique et pensait penser le système, s'abuse, et risque de redoubler (par l'omission ou la compromission), les « effets de force du monde » qui s'expriment à travers lui. Le travail du penseur, tel que l'envisagent Watzlawick et Wittgenstein, serait plutôt de convaincre la mouche enfermée dans sa bouteille que la seule façon d'en sortir est d'emprunter le même conduit étroit par lequel elle était entrée, quand bien même ce conduit paraît plus dangereux que l'espace dans lequel elle se trouvait prisonnière. La critique radicale de la prison telle qu'elle a été façonnée pendant les années 1970-1980 peut être considérée comme une tentative de sortir de cette bouteille à mouche. La prison est déclarée inapte à la réforme, et la seule perspective de mutation sociale-historique envisageable est, en conséquence, l'abolition. Ainsi, face à l'échec intrinsèque de la prison à remplir l'ensemble des missions contradictoires qui lui sont assignées, la suppression pure et simple de la prison, dénoncée comme souffrance stérile a régulièrement été évoquée et réclamée ; chez les plus optimistes (sans que l'on ne sache d'où vient ce curieux optimisme), sa fin est même annoncée comme imminente. L'apport intellectuel certain de ce parti pris a d'abord été de démystifier le Droit, d'opérer une véritable rupture épistémologique avec le projet correctionnaliste, et d'ouvrir ainsi de nouveaux horizons d'analyse.
Seulement, le « critique » risque ici de se retrouver face à une nouvelle impasse. En effet, en affirmant avec aplomb, en point d'orgue de l'analyse, que toute réforme vient renforcer (par l'adaptation et/ou la banalisation) l'institution, la Cause devient paradoxalement plus importante que la situation immédiate et concrète de ceux (derrière les barreaux) que la Cause prétend défendre, créant ainsi une autre réalité idéologique non moins pernicieuse que celle à laquelle elle prétendait s'opposer. On se retrouve donc à nouveau devant le « dilemme des prisons », dont Y. Cartuyvels a rappelé les termes :d'un côté, chercher à faire de la prison un espace de droit, c'est entériner l'existence d'un espace carcéral qui souffre d'un grave déficit de légitimité, accepter le maintien d'un système pénal qui repose sur une privation de liberté qu'on peut juger contraire aux droits de l'homme, accepter la violence d'une logique discriminatoire qui gère l'exclusion (…) de l'autre, refuser toute réforme de la prison, c'est s'empêcher de penser le développement d'un droit de l'exécution des peines, source de garanties, de protection et d'améliorations véritables pour les détenus confrontés, dans leur vie quotidienne, à l'arbitraire et au vide du monde carcéral.
Urgence des réformes ­ carcéralo-centrisme ­ et refus de l'institution ­ abolitionnisme(s) ­ forment ainsi deux types d'attitude critique qui, s'entremêlant souvent au cours d'un même discours, structurent pour une part non négligeable des rhétoriques sociopolitiques (hétérogènes et parfois contradictoires), autoproclamées, à tort ou à raison, « critiques ». L'enjeu a parfois consisté à tenter d'extirper une nouvelle dynamique historique qui surpasserait ce dilemme, tel le « minimalisme », dans lequel l'utopie de la disparition de l'institution définit un horizon de pratiques défini par une volonté : toujours moins de détenus, pour des durées toujours moins longues. La source de la fécondité actuelle d'un pan de la recherche sur les prisons réside dans sa volonté de trouver de nouveaux modes d'articulation entre le microsociologique et le macrosociologique. Après avoir présenté quelques tendances de cette articulation à travers un rapide balayage, nous explorerons ensuite l'éthos de recherche d'une autre perspective qui, d'un côté, radicalise le caractère transversal de la réflexion, et, d'un autre côté, cherche à s'émanciper du dilemme des prisons présenté plus haut.
Sous l'influence de penseurs postmodernes majeurs, les impasses de la prison peuvent être recherchées dans son essence même : un projet moderne guidé par la Raison ordonnatrice. La recherche rationnelle d'un monde ordonné qui s'auto-légitime à travers un métarécit d'émancipation, comme « un futur à faire advenir », « une Idée à réaliser », engendre nécessairement ses violences, ses peurs et ses risques ­ qui sont donc ici les « déchets productifs de l'usine de l'ordre » ­ auxquels la prison est précisément censée répondre. Une part du problème est ainsi contenu dans la recherche (moderne et étatique) même de sa solution, ébauchant par là un cercle vicieux : le processus d'incrimination de divers actes peut être illimité et engendre à son tour une répression pénale potentiellement illimitée dirigée vers l'ensemble des actes jugés indésirables. Ici, ce sont les présupposés et les frustrations autoreproductrices du Léviathan qui forment la pierre de touche de l'analyse. Plus classiquement, dans la continuité relative des pionniers Rusche et Kirsheimer, d'autres chercheurs s'attaquent à décrypter l'effritement de l'Etat social et son remplacement progressif par un Etat social-sécuritaire, voire un Etat-pénal, sous l'effet d'une poussée néo-libérale puissante. On peut voir le premier âge d'or de la sociologie ethnographique de terrain en prison comme mû, plus ou moins explicitement selon les auteurs, par la volonté d'articuler les observations microsociologiques du milieu carcéral aux forces socio-historiques qui donnent forme à l'institution. Pensons par exemple à Sykes qui a brillamment montré comment les relations sociales en prison émergeaient de la confrontation des différents objectifs qu'elle est censée remplir (Custody, Internal Order, Self-Maintenance, Punishment, Reform), ou à Goffman et son concept d'institution totale qui, en tant que concept structural, questionnait l'ensemble du système social. Aujourd'hui, un pan de la sociologie de la prison prolonge cet esprit en décrivant la contradiction originelle entre les missions de « sécurité » et celles de « réinsertion », ainsi que la prédominance de l'impératif sécuritaire sur les autres logiques d'action. A. Chauvenet, notamment, a récemment renouvelé l'articulation micro/macro et a produit une analyse des plus stimulantes des relations sociales en prison en appréhendant la prison pour ce qu'elle est : un système guerrier défensif qui, au lieu d'être construit aux frontières et destiné à se défendre d'un ennemi de l'extérieur, est enclavé dans le tissu sociopolitique aussi bien que spatial et vise l'ennemi de l'intérieur, enfermé entre des murs dont il ne doit pas sortir tant que la justice n'en a pas décidé autrement.
Au cœur de cette articulation, c'est donc l'ordre qui sous-tend l'institution qui forme le point de mire de l'analyse critique, guidée alors par le postulat selon lequel un système politique peut se lire dans la manière dont il traite ses déviants. Ce caractère transversal peut être aujourd'hui prolongé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire