IOT: Endüstriyel proseslerin iyileştirilmesi

IoT: the improvement of industrial processes - One of the key factors in the success of the Internet of Things stems from the fact its development offers opportunities for profit and also for improvement of service quality in almost every type of activity, whether local or global. Its economic importance should therefore be examined from two different but complementary perspectives. The first concerns the way in which, for various organizations, an improvement in results is favourable to investment. The second relates to opportunities for growth resulting from the transformation of business models, and the new relationships created between stakeholders and economic players who contribute to the same activities. In the context of “traditional” RFID uses, the performance factors of the IoT are not unique. They appear at both organizational and activity sector level. The diversity of productivity and performance gains associated with the implementation of the Internet of Things originates not only from the improvement of services for individual consumers, but also from the increased efficiency in industrial processes within and between companies. In the first case, we can identify positive returns on investment within the context of a specific project. This aids dissemination but limits its scope : the fitting of chips onto pallets of processed foodstuffs in order to reduce logistic and handling costs is an example. In other cases, performance factors stem from the ability to rationalize the management of the entire production process to allow better integration of physical flows and information systems through an interface with ERP or CRM applications. Lastly, the capacity to make IoT use profitable may proceed more fundamentally from the adoption of new business models and the development of new billing opportunities – through selling information collected, or by means of offering new services with added value. Targeted gains are more ambitious (but often more difficult to attain) when they aim for “collaborative” efficiency and the improvement of productivity in general. Then, performance gains are distributed throughout a sector or industry. In the case of all information and communication technologies, such dissemination can only be gradual and cross-functional so as to ensure the solid integration and optimization of physical and information flows : from manufacturer to distributor, from distributor to client using transportation networks, and intermediary and transactional platforms. This is a case of traditional economics : it relates to the manner in which the profits made – the surplus – are shared and distributed between all those involved, and how they can contribute to the investments necessary. The IoT could face a type of trivialization that might lead each of the economic stakeholders to wait for uptake from its partners. Productivity gains could thus be very unequal within the same sectors, leading to a “productivity paradox”. There might be a surge in the use of chips, without any real value being added to the profits of the company or economy, the profits being either lessened by non-optimal wait-and-see strategies, or attributed to a limited number of firms. As already mentioned, the development of the IoT depends on several factors of performance. Chips currently available contain a much larger memory capacity compared to other existing technologies and barcodes, and the cost is decreasing, which now make their integration in the industrial process predictable in the short term. In addition, implementation and dissemination may result in profit from the lowering of the price of readers and processing applications : these costs are directly impacted by the development of communications networks (fixed and mobile) and terminals (computers, mobile phones, etc.). The diversity of performance factors may largely account for the wide range of applications in the IoT. The first identifiable factor originates no doubt from offer rather than demand. This concerns the improvement of the services and applications offered to individuals, enabling them to make direct savings in terms of time or money, and, in certain cases, the gains thus obtained may justify billing or financial transactions. This may pertain to the management of transportation flows such as motorway tolls or access to parking lots, and also to widely differing situations as in the monitoring of sportsmen during various events : for instance, in marathons. Other frequently cited examples are individual cards which have a dual function of payment and access such as in public transportation, libraries, petrol stations, public buildings and for entry to special events or shows. Lastly, some specific and less usual applications are relevant to the field of security at large – the development of communicating cars, the traceability of pets and the monitoring and support of dependent or fragile people.
The increase in the efficiency of industrial processes represents a second performance factor for the IoT. Here again, many examples spring to mind : one particular improvement relates to logistics. The automation of identification processes and product flow management enables companies and organizations to standardize the monitoring and security of containers, to optimize the management and logistics of pallets, and to monitor stocks and manage fleets of vehicles. The rationalization of maintenance operations contributes to these improvements. There are benefits from integration and matching with different sensor technologies : it is supported by improved prevention and identification of bugs and better tracking of faulty items. The performance of the IoT is also relevant to production processes for goods and services, that is, management of documents and plans, monitoring and real time monitoring, and rationalization and coordination of assembly functions. In addition, the IoT assists companies in the improvement of sales monitoring through real time control of product movements. Finally, more generally, it offers economic players the opportunity to improve the quality of overall service provision, whether in relation to reducing errors through guaranteeing the quality of goods sold or ensuring better security and avoiding counterfeits by using a process of authentication ; it also enables faster production or service supply. This categorization of performance factors conceals the fact that, in practice, all are closely linked, for the players in each sector have an overall view of the reorganization of their activity. Thus, through a reduction in the number of warehouses and centralization of logistics operations, manufacturers and distributors optimize supply channels and supply chain management becomes a key motor of diversification strategy in the field of services. The diversity of contributors to performance is useful not only to gain a better understanding of the dynamics of IoT development, but also has very direct consequences on the selection of economic players and the way in which equipment decisions are made. Indeed the factors mentioned above create a favourable environment for businesses although they are not an automatic factor in adoption. To understand the conditions that favour dissemination of the IoT, it must be remembered that the investment choices made by organizations originate from structured decision-making processes.

Un des facteurs-clé de succès de l’internet des objets tient à ce que son développement offre des opportunités de rentabilité et d’amélioration de la qualité de services dans presque tous les registres d’activités et à plusieurs niveaux, aussi bien local que global. Son enjeu économique doit donc être envisagé selon deux axes différents mais complémentaires. Le premier tient à la manière dont l’amélioration des performances facilite les conditions d’investissements d’une organisation déterminée et peut être valorisée. Le second correspond aux opportunités de croissance offertes par la transformation des modèles d’affaires et les nouvelles relations entre parties prenantes et acteurs économiques contribuant aux mêmes activités. Dans le cadre des usages «  traditionnels  » de la RFID, les facteurs de performance de l’IdO ne sont pas uniques, mais ils apparaissent à la fois au niveau d’une organisation et d’une filière d’activité. La variété des sources de productivité et de performance associées à la mise en œuvre de l’internet des objets trouve sa source à la fois dans l’amélioration de la qualité de service ou des performances accessibles aux individus et consommateurs, et dans l’augmentation de l’efficacité des processus industriels des entreprises. Dans le premier cas, on peut identifier des retours sur investissement positifs dans le cadre d’un projet spécifique. Cela facilite le déploiement mais en limite l’ampleur  : l’installation de puces sur des palettes de produits agroalimentaires pour réduire les coûts de logistique et de manutention en est un exemple. Dans d’autres cas, les facteurs de performance tiennent à la capacité de rationaliser globalement la gestion de l’ensemble des processus de production pour permettre une meilleure intégration des flux physiques et des systèmes d’informations, en s’interfaçant notamment avec les applications d’ERP ou de CRM. Enfin, la capacité de dégager une rentabilité dans l’utilisation de l’IdO peut résulter, plus fondamentalement, de la constitution de nouveaux modèles d’affaires et de nouvelles opportunités de facturation  : en vendant par exemple les informations récoltées, ou en proposant de nouveaux services à valeur ajoutée. Les gains visés sont plus ambitieux (mais souvent plus difficiles à atteindre) quand ils visent une efficience «  collaborative  » et une amélioration de la productivité d’ensemble. Les gains de performance se répartissent dans ce cas sur l’ensemble d’une filière ou d’une industrie. Pour toutes les technologies d’information et de communication, un tel déploiement ne peut être que progressif et transversal pour assurer une bonne intégration et optimisation des flux physiques et des flux d’information  : du fabricant au distributeur, du distributeur aux clients, en passant par les réseaux de transporteurs, les plateformes d’intermédiation et de transaction. La question dans ce cas est classique en économie  : elle porte sur la manière dont les gains réalisés – la rente – sont partagés et répartis entre l’ensemble des parties prenantes et peuvent contribuer aux investissements nécessaires. L’IdO peut se heurter, en l’occurrence, à une forme de banalisation qui conduirait chacun des acteurs économiques à attendre que ce soient ses partenaires qui fassent les investissements nécessaires. Les gains de productivité pourraient alors connaître de grandes disparités au sein des mêmes filières, conduisant de ce fait à une forme de «  paradoxe de la productivité  »  : une multiplication de l’usage des puces, sans réelle valeur ajoutée globale au bénéfice de la société et de l’économie, les gains étant soit noyés dans des stratégies d’attente sous-optimales, soit captés au bénéfice d’un nombre restreint de firmes. Nous l’avons noté, la montée en puissance de l’IdO tient à la convergence de plusieurs facteurs de performance. Les puces désormais disponibles couplent une capacité de mémoire très largement supérieure aux technologies existantes ou aux codes barres, avec des prix de revient en baisse constante, qui rendent désormais leur intégration au processus industriel envisageable à court terme. Cette mise en œuvre et ce déploiement bénéficient, en outre, de l’affaiblissement du prix des dispositifs de lecture et des applications de traitement  : en effet ces coûts sont très directement indexés sur la montée en puissance des réseaux de communications (fixes et mobiles) et l’enrichissement parallèle des terminaux (ordinateurs, téléphones mobiles...). La variété de ces facteurs de performance explique pour une grande part le large spectre des applications couramment évoquées aujourd’hui en matière d’IdO. La première source de performance identifiable ne se situe sans doute pas au niveau de l’offre mais au niveau de la demande. Il s’agit de l’amélioration des services ou des applications proposés aux individus, qui leur permet de bénéficier d’économies directes, en termes de temps ou d’argent, et justifie que ces gains puissent, dans certains cas, susciter des facturations ou échanges monétaires. On trouve de telles situations dans la gestion de flux de transports tels que les péages autoroutiers ou les accès de parking  ; on peut également évoquer des utilisations telles que le suivi des groupes lors de manifestations sportives comme les marathons. D’autres exemples souvent mentionnés concernent les cartes individuelles couplant paiement et contrôle d’accès  : qu’il s’agisse de transports en commun, de bibliothèques, de stations-service, de bâtiments publics ou de participation à des événements ou des spectacles. Enfin certaines applications spécifiques, plus inédites, sont associées au domaine de la sécurité  : voitures communicantes, traçabilité des animaux familiers, suivi et aide aux personnes fragiles ou dépendantes.
Un second registre de performance de l’IdO résulte de l’augmentation d’efficacité des processus industriels. Là encore, les exemples sont très nombreux. Un premier champ d’amélioration touche à la logistique. L’automatisation des processus de repérage et de gestion des flux de produits permet de normaliser le suivi et la sécurisation des conteneurs, d’optimiser la gestion et la réception des palettes, le suivi des stocks ou la gestion des flottes de véhicules. La rationalisation des opérations de maintenance s’inscrit dans le prolongement de telles améliorations et bénéficie en outre de l’intégration et de l’articulation avec différentes technologies de capteurs  : elle s’appuie sur une meilleure prévention et identification des pannes ou un meilleur suivi des objets défectueux. Les performances permises par l’IdO concernent également les processus de production des biens et services  : gestion des documents et des plans, suivi et visibilité des en-cours, rationalisation et coordination des fonctions d’assemblage. L’IdO permet aussi aux entreprises de mieux assurer le suivi commercial des ventes, en disposant d’une gestion en temps réel des sorties de stock. Enfin, il offre plus généralement aux acteurs économiques l’opportunité d’assurer une amélioration globale de la qualité des services fournis  : qu’il s’agisse de réduire les erreurs en garantissant la pertinence des offres ou des biens offerts à la vente, de garantir une meilleure sécurité ou d’éviter les contrefaçons en permettant une authentification des produits, ou encore de permettre de produire ou de fournir des services plus rapidement. La présentation successive de ces différents registres de performance occulte le fait que tous sont, en pratique, étroitement liés. Car les acteurs des filières envisagent la réorganisation de leur activité de manière globale. Ainsi, en réduisant le nombre d’entrepôts et en centralisant leurs opérations logistiques, producteurs et distributeurs optimisent les circuits d’approvisionnement et font de la fonction logistique un moteur central des stratégies de diversification en termes de services. Cette variété des sources de performance n’est pas seulement utile pour mieux comprendre les dynamiques de développement de l’IdO, elle a aussi des conséquences très directes sur les choix des acteurs économiques et la manière dont s’effectuent les décisions d’équipement. Les facteurs que nous venons d’évoquer créent en effet un environnement incitatif favorable pour les firmes mais ne constituent pas ipso facto un facteur d’adoption. Pour comprendre les conditions de déploiement de l’IdO, il convient de garder à l’esprit que les choix d’investissement des organisations répondent à des processus de décision structurés et séquentiels.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire